Présentation

Recherche

Soyez les bienvenus !

Par Florinette
Samedi 12 avril 2014 6 12 /04 /Avr /2014 12:13

 

Science & N.D.E. et Inexploré, le magazine de l'INREES

 

Science et NDE 

Edito :

L'esprit quantique est une hypothèse qui suggère que des phénomènes quantiques, tels l'intrication et la superposition d'états, sont impliqués dans le fonctionnements du cerveau et en particulier, dans l'émergence de la conscience. Cette hypothèse part du principe, controversé, que la physique classique et son déterminisme ne peut totalement expliquer la conscience. Cette théorie n'en est qu'à ses débuts, elle a pourtant le soutien de scientifiques renommées tels Roger Penrose, Stuart Hameroff, Karl H. Pribram ou Henry Stapp. [...]

 

 

 

 

Au sommaire :

Pour visualiser le sommaire, cliquez sur l'image

sommaire

 

***********************************************************

 

  22_home.jpg

Edito :

D’où vient notre inspiration ? Nos plus belles idées et créations semblent souvent venir d’ailleurs, comme si elles nous avaient été soufflées. De nombreux artistes, scientifiques et autres créateurs du quotidien témoignent aussi du mystère qui semble entourer le processus créatif. Comment fonctionne notre cerveau pendant ces moments d’inspiration ? Pourrait-il se connecter à d’autres réalités ? Et si la « nature » nous aidait même à créer ? De l’intuition au sixième sens, en passant par le rêve et le channeling, enquête sur les secrets de la créativité. [...]

 

 

Feuilletez le magazine en cliquant sur sa couverture !

 

Au sommaire :

Pour visualiser le sommaire, cliquez sur l'image

sommaire-inrees.jpg

 

Bonne lecture et bon week-end !


Publié dans : Magazines - Ecrire un commentaire
Voir les 4 commentaires
Par Florinette
Jeudi 3 avril 2014 4 03 /04 /Avr /2014 15:17

 

Laetitia.jpg

JMG Editions

Ce qu'il faut avant tout savoir :

T.Schaller.jpg Né le 11 septembre 1944 à Genève, d’un père pasteur protestant calviniste et d’une mère moraliste et intransigeante, Docteur Tal Schaller est un médecin généraliste qui a dévoué la plus grande partie de sa carrière à la médecine holistique. Naturopathe, homéopathe, acuponcteur, ostéopathe, chamane et psychothérapeute (dont le channeling qui lui a permis, en canalisant les messages de Laetita, d’écrire ce livre). Docteur Tal Schaller est un véritable expert de la médecine alternative. Pionnier de la santé, penseur avant-gardiste, conférencier et écrivain, il a publié de nombreux ouvrages de référence sur les thèmes de la spiritualité et la santé holistique. Il nous invite à sortir de l’hypnose collective pour vivre dans la joie et la conscience.

Résumé du Livre :

Laetitia est morte dans un accident de voiture à l’âge de dix-sept ans… Désemparé par ce drame auquel il ne s'attendait pas, son père a tout fait pour réagir. Après un moment de doute, il s'est décidé à contacter le docteur Christian Tal Schaller, réputé pous ses facultés médiumniques, dans le but de tenter un contact avec la disparue. A partir de cette rencontre, un fait divers tragique devient le point de départ de messages d’espoir pour tous ceux qui pleurent la perte d’un être cher.
Car Laetita parle à travers le médium. Elle décrit sa nouvelle condition de vie et lève le voile sur bien des mystères. Elle l’affirme : sa vie ne s’est pas arrêtée. Dans ce que nous appelons l'au-delà, elle progresse dans l’épanouissement de sa conscience et de sa capacité à aimer. Spontanée, rieuse, prête à s’émerveiller de tout, elle ne demande qu’à partager ses découvertes et ses aventures. C’est ce qu’elle fait dans ce livre, message d’espoir pour tous ceux qui s’interrogent sur notre devenir posthume.

stylo bleu reduit

Ce livre, joliment préfacé par Maddly Bamy la compagne de Jacques Brel, le physicien Patrick Drouot et Anne Givaudan, nous entraîne dans l'exploration des mondes de lumière que Laetitia décrit avec beaucoup de spontanéité, de joie et d'émerveillement pour sa nouvelle condition de vie. Par le processus du channeling, cette communication que retransmet le docteur Tal Schaller au père de Laetitia, plongé dans un chagrin immense depuis la mort tragique de sa fille, va l'aider à prendre conscience qu'il doit vivre cette épreuve comme une transformation, une naissance.

Les épreuves de la vie constituent des éléments précieux pour dépasser votre identification à la matière et prendre conscience de vous-même en temps qu'être lumineux. […] En vivant le chagrin et la souffrance, il est important de vous rendre compte que vous n'êtes pas immobile, que votre douleur n'est pas stérile, puisque le processus de croissance continue et que, grâce à ce changement, vous allez pouvoir entrer dans un état de conscience plus large.

Tout en progressant dans l'épanouissement de sa conscience, Laetitia nous fait partager sa vie de l’autre côté, en levant le voile sur certains mystères et en nous dévoilant, bien avant la première crise financière de 2008, le devenir de notre société puisque ces messages sont bien antérieurs.

L'époque actuelle facilite la prise de conscience spirituelle que vous êtes en train d'opérer, ne serait-ce que parce qu'un grand nombre d'êtres humains sur la planète Terre ouvrent leur conscience aux réalistes lumineuses. On peut dire que la situation difficile de votre planète sur la plan matériel, la pollution et les impasses dans lesquelles vous vous êtes mis, tout cela favorise l'éveil d'une nouvelle conscience. […]

Et dans le très beau chapitre qui s'intitule "L'éveil des consciences" elle explique que :

La révolution en cours n'est ni politique ni sociale : elle est intérieure, individuelle, secrète, invisible, puissante, transformatrice. [...]

Un livre réconfortant qui nous ramène à l'essentiel !

 

Pour en savoir plus :

Écoutez un extrait du témoignage du Dr Christian Tal SCHALLER présenté lors du télésommet du développement personnel et du mieux-être. Plus d'info sur http://sommet2013.alchymed.com

Le docteur Christian Tal SCHALLER est un médecin suisse qui enseigne depuis 40 ans que « La santé, ça s'apprend ! ». Pour lui, grâce à la médecine holistique et au chamanisme, chacun peut devenir l'artisan d'une vie heureuse, épanouie et consciente. Auteur de plus de 60 livres consacrés à la santé sur tous les plans de l'être, le docteur SCHALLER parcourt le monde avec son épouse, Johanne RAZANAMAHAY-SCHALLER pour donner à tous les outils de l'indépendance et du bonheur.  

Son site : Santé Globale.info

 

Publié dans : Contact avec l'Invisible (Témoignages) - Ecrire un commentaire
Voir les 5 commentaires
Par Florinette
Dimanche 23 mars 2014 7 23 /03 /Mars /2014 18:20

 

Kogis

Albin Michel

Ce qu'il faut avant tout savoir :

E.Julien.jpg Géographe, diplômé en Sciences Politiques (IEP), accompagnateur de montagne, Eric Julien a complété son parcours par une maîtrise des Sciences et techniques de la communication, et un DESS Informatique et Systèmes multimédias. Eric Julien est expert APM (Association pour le Progrès du Management), GERME et intervenant à HEC. En 2007, il crée dans la Drôme l’Ecole de la Nature et des Savoirs. Il est membre fondateur de l’Alliance pour la planète (90 ONG environnementales). Depuis 1997, au sein de novaSens conseils dont il est co-fondateur, il intervient auprès d'entreprises sur des missions d'accompagnement du changement. Cet « explorateur d’interstices », comme il se définit lui-même, est également fondateur de l'association Tchendukua (Ici et Ailleurs). Son site : ericjulien.fr

Résumé du livre :

Il existe des sociétés où la violence est identifiée, canalisée, où les jeunes sont élevés en harmonie avec la nature et d'où la pauvreté est absente. Des sociétés hautement démocratiques, solidaires, en quête permanente d'équilibre et de paix. C'est le cas de la société des Indiens Kogis, derniers héritiers des grandes civilisations précolombiennes du continent sud-américain. Repliés dans les hautes vallées de la Sierra Nevada de Santa Marta (Colombie), ils tentent de préserver leur mémoire et leur équilibre face aux agressions de la modernité (guérilla, narcotrafiquants, pilleurs de tombes...). Sauvé de la mort par les Indiens Kogis, Éric Julien s'est lancé, avec Gentil Cruz, son « frère » colombien, dans un pari fou : rendre leurs terres aux Kogis et les accompagner dans le réveil de leur culture. Trois ans après la parution de son premier livre, Le Chemin des Neuf mondes, il est retourné sur les territoires kogis et la chance lui a de nouveau souri : des cités de pierre revoient le jour ; des terres reprennent vie ; des rituels sacrés sont réinstaurés ; des objets précolombiens, récupérés auprès des pilleurs de tombes, sont rachetés et restitués aux autorités spirituelles de la communauté, les Mamus. Là-bas, une mémoire reprend vie, un peuple retrouve espoir, une guérison s'accomplit. Et, pas à pas, un chemin se rouvre qui interroge notre monde et révèle une philosophie à même d'éclairer les impasses de notre temps.

stylo bleu reduit

Ce que les “peuples racines” ont préservé, et que nous avons sans doute perdu, c'est une connaissance approfondie des multiples liens subtils que les êtres humains entretiennent entre eux et avec leur milieu naturel. Des liens qui ne sont pas conçus pour permettre la transformation et la domination du monde mais, au contraire, pour favoriser son équilibre et sa préservation. Nous transformons la matière à un rythme accéléré ; ils travaillent l'esprit et la pensée, afin que chacun puisse trouver un juste équilibre.

Depuis sa première rencontre avec les Indiens Kogis, en 1985, Éric Julien s'est lié d'amitié avec cette dernière communauté indienne du continent sud-américain. Et pour les remercier de lui avoir sauvé la vie, il s'est investi corps et âme pour aider les Kogis à reprendre possession de leurs terres ancestrales dont ils ont été dépossédés par les colons, les pilleurs de tombes, les narcotrafiquants et la guérilla.  À travers l'opération “carré vert” l'association Tchendukua (Ici et Ailleurs), créée par Éric Julien, récolte des fonds pour racheter ces terres afin de permettre aux Kogis de recréer leurs villages.

À travers ce livre Éric Julien nous présente la vision du monde des Kogis, une vision cosmique qui relie l'homme à la terre et à l'univers comme l'était celle des "peuples racines” ou l'homme n'est qu'un maillon de cet immense et mystérieux ensemble ou tout est interconnecté. Ces Indiens qui portent en eux cette connaissance sont devenus les gardiens d'une mémoire qu'ils peuvent nous initier, nous faire redécouvrir ce "savoir-être ensemble" que nous avons perdu, oublié

Ce dialogue saisi au fil des jours pendant plus d'un an, nous l'avons écrit à plusieurs mains. Moi, français, issu du monde occidental, emporté comme d'autres, avec d'autres dans le tourbillon de notre modernité ; Gentil, métis colombien, à la recherche de paix et d'identité ; et le Kogis, peuple de traditions, perdu dans notre modernité. Regards croisés autour d'une réalité mouvante et multiforme, regards croisés où le chemin vaut plus que l'objectif, regards croisés pour partager une aventure qui est de tout temps, de tout espace et de toute culture, “apprendre à être humains, ensemble”.

 

 

 

D'autres messages des Kogis se trouvent sur le site Tchenkukua (Ici et Ailleurs)

 

Pour aller plus loin :

Je vous conseille de visionner cette vidéo et d'écouter les messages sur la santé et la maladie ou, plus précisément et comme le dit Éric Julien, sur une médecine "malade de la santé" puisqu'elle nous déconnecte de notre propre nature....

Il y a plusieurs intervenants, dont Thierry Janssen, et j'ai beaucoup apprécié son point de vue que je vous retranscris ici :

Nous vivons dans un système de maladie au lieu de dire que nous avons un système de santé. Et pourquoi je dis cela ? C'est parce que notre système dit de "santé" est en bonne santé tant qu'il y a des malades à soigner et si vous avez déjà remarqué que les médecins, les infirmières, les hôpitaux, les prestataires de soins, mais aussi tous les autres auxiliaires, que ce soit les gens qui préparent les repas pour les malades, l'industrie pharmaceutique qui fabrique des remèdes, etc. Tout le monde est très content qu'il y ait des malades à soigner.
Et le produit intérieur brut des États, qui est censé être un indicateur de la bonne santé des États même si on conteste aujourd'hui la valeur de cet indicateur, le produit intérieur brut des États intègre les dépenses dites de santé que je préfère appeler "dépenses de maladie", ça veut dire qu'au plus il y a des gens malades dans un État, au plus l'État est en bonne santé, au plus ça fait tourner l'économie. Donc nous devons être conscients que tant que nous ne repensons pas notre système de santé comme un vrai système de santé, nous ne ferons que réparer, produire des remèdes et faire consommer ces remèdes au lieu d'être dans une prévention et c'est toute la philosophie qui changerait.

 

  • Voir également l'article que j'avais rédigé en novembre 2012 à l'occasion d'une tournée de conférences avec les deux représentants de la communauté des Indiens Kogis : « Regards Croisés sur ce monde qui vient », l'INREES a rencontré ces deux représentants afin de savoir quels liens entretiennent-ils avec la nature et le vivant et que pensent-ils de notre comportement à l'égard de l'environnement ? [...]


Publié dans : Peuples autochtones - Ecrire un commentaire
Voir les 5 commentaires
Par Florinette
Dimanche 16 mars 2014 7 16 /03 /Mars /2014 15:52

 

Messagers de l'au-delà

Éditions Alphée

 

Ce qu'il faut avant tout savoir :

inconnu.jpg Il n'existe aucune information sur Sylvie Lorain-Berger, juste ces quelques mots puisez dans son livre :

Toute petite fille déjà, je les vois... Ils sont là mais je n'ai jamais peur. Ils sont tendres et prévenants. Je les vois et je les entends comme si nous nous parlions au téléphone. Je les aime infiniment. Je ne savais pas encore que si ces êtres du monde invisible me consacraient un peu de leur éternité, j'allais moi leur consacrer ma vie.

Résumé du livre :

Ce livre écrit à la première personne est le témoignage profondément humain d'une femme médium qui, dès son enfance, constate qu'elle n'est pas comme les autres. Outre ses dons de voyance, elle communique avec des guides et en particulier avec son arrière-grand-mère qui jouera le rôle d'ange gardien et de première initiatrice. Car ce récit est aussi l'histoire d'une initiation, d'un parcours singulier avec ses questions, ses épreuves et ses révélations.Dans un langage simple et vivant, Sylvie Lorain-Berger nous fait partager ses joies, ses peines et ses difficultés à vivre avec ce don, qui exige le discernement et le respect du libre arbitre.

Par des anecdotes émouvantes, comme le contact avec son père décédé, mais aussi amusantes et instructives, comme la manière dont elle est "coachée" par l'au-delà pour arrêter de fumer, elle nous emmène avec simplicité et un sens réel du sacré dans cet univers où la vie traverse la frontière de la mort.

Par cet ouvrage, l'auteur rend hommage à la merveilleuse fidélité des guides qui nous accompagnent et nous protègent tout au long de notre vie. Ses conversations avec l'au-delà, aussi réelles et chaleureuses que les échanges que nous entretenons dans ce monde, sont un grand message d'espoir pour tous ceux qui ont perdu un être cher ou qui s'interrogent sur l'après-vie.

stylo bleu reduit

Sylvie Lorain-Berger veut rester discrète, c'est pour cela qu'il n'existe aucune vidéo ni commentaire de sa part, juste ce témoignage datant de 2006. Dommage que ce livre soit devenu indisponible sur les sites de vente en ligne ou alors à des prix exorbitants, car Sylvie Lorain-Berger apporte de multiples et précieuses informations transmises par les êtres qui l'accompagnent quotidiennement sur ce qui se passe après. Toutes ces révélations offrent à chacun un formidable espoir, un bel élan d'énergie pour faire face aux situations difficiles et douloureuses telles que la mort d'un proche et qui s'interrogent sur le sens à donner à leur vie. C'est un livre que j'ai lu lors de sa parution et il m'est toujours resté en mémoire, car il ouvre des perspectives insoupçonnées sur cette autre dimension, à tel point que je l'aie même relu pour en comprendre toute la finesse.

 

Pour aller plus loin :

Voici un documentaire passionnant et très bien commenté que je vous conseille de visualiser !


Publié dans : Médiumnité,TCI, Ecriture automatique..) - Ecrire un commentaire
Voir les 8 commentaires
Par Florinette
Dimanche 9 mars 2014 7 09 /03 /Mars /2014 10:55
 

Cleve Backster fut parmi les premiers à suggérer que les plantes sont affectées par l’intention humaine, une idée considérée comme si absurde qu’elle fut ridiculisée pendant quarante ans. Backster doit sa notoriété à une série d’expériences censées démontrer que les organismes vivants perçoivent les pensées des gens et y réagissent.

Cleve-Backster.jpg

 

 Cleve Backster a été agent de renseignement. Il s'était spécialisé dans la détection des mensonges, grâce au “polygraphe” ou “détecteur de mensonges”.Cet appareil est constitué essentiellement d'électrodes que l'on place sur différentes parties du corps pour enregistrer les moindres modifications qui peuvent s'y produire, selon l'émotion provoquée par les questions de l'enquêteur.

C'est en 1966 que Cleve Backster eut l'idée d'utiliser cet appareil avec des plantes. Les résultats furent étonnants ! Il commença, évidemment, par vérifier que son appareil fonctionnait normalement, qu'il n'était pas déréglé, victime de parasites, mais il dut se rendre à l'évidence : les plantes avaient des réactions correspondant à ce que l'on appellerait chez nous des “émotions“.

Il se dit que la manière la plus efficace pour déclencher une réaction importante du polygraphe chez l'humain est de le mettre dans une position où il se sent menacé. Pour susciter l’équivalent dans une plante, Backster savait qu’il fallait menacer d’une façon ou d’une autre son bien-être. Dans un premier temps, il essaya en plongeant une des feuilles dans une tasse de café, mais cela ne causa aucune réaction intéressante dans le tracé obtenu.  À l’évidence, il lui fallait brandir une menace immédiate et authentique ; il pensa donc à trouver une allumette et brûler la feuille équipée d’électrodes.

À l’instant même où il eut cette pensée, le crayon traceur bondit soudain vers le haut du papier déroulant du polygraphe et faillit jaillir à l’extérieur. Backster n’avait pourtant pas brûlé la feuille ; il avait seulement pensé à le faire. Selon son polygraphe, la feuille avait perçu la pensée comme une menace directe et avait manifesté une inquiétude extrême. Il courut alors jusqu’au bureau de sa secrétaire situé dans une autre pièce afin d’y prendre des allumettes.

Lorsqu’il revint, la feuille enregistrait toujours des signes manifestes d’angoisse sur le polygraphe. Il frotta donc une allumette et l’agita sous la feuille de la plante. Le crayon poursuivit sa course erratique. Backster ramena ensuite les allumettes sur le bureau de sa secrétaire. Le tracé se calma et redevint droit petit à petit.

Je compris à l'instant qu'il se passait quelque chose d'important ; il n'y avait pas d'autre explication. Il n'y avait plus personne dans le laboratoire, et je n'avais rien produit qui soit assimilable à une réaction mécanique. En une fraction de seconde, la conscience que j'avais du monde fut modifiée. L'ensemble de mon processus de pensée ainsi que mon système de valeurs furent désormais orientés vers cette recherche.

Le chercheur confirmera par la suite ses premières découvertes, avec des centaines d'expériences sur d'autres plantes. De nombreuses autres expériences ont été suivies pendant des années par d'autres chercheurs en différents pays qui sont arrivés à la même conclusion que Cleve Backster à savoir que les plantes sont sensibles aux émotions. Voici par exemple une autre des expériences qu'il mena :

Il demanda à six de ses étudiants, dont quelques anciens policiers, de bien vouloir lui prêter leur concours. Chacun de ces volontaires, les yeux bandés, devait d'abord retirer d'un chapeau un papier plié en quatre. Puis, chacun ouvrait son papier et le lisait sans rien dire aux autres.

Sur l'un de ces papiers, l'étudiant qui l'avait tiré recevait ses instructions. Il devait, à un moment ou l'autre et à l'insu de tous les autres, pénétrer dans une pièce où se trouvaient deux plantes. Sa mission consistait à déraciner l'une d'elles, à la piétiner, à la détruire complètement par tous les moyens. Ni Backster, ni aucun des étudiants ne devait savoir qui avait commis le massacre.

C'est alors que la plante survivante fut équipée d'électrodes. Les étudiants furent invités à défiler devant elle. A l'approche de l'un d'eux, et de lui seul, le traceur se mit à s'agiter frénétiquement. La plante avait reconnu l'assassin de sa compagne !

Malgré des expériences plus étonnantes les unes que les autres, ces recherches sont toujours controversées par la communauté scientifique. La réponse est fournie par Cleve Backster lui-même :

La question serait plutôt : "Pourquoi les scientifiques occidentaux ne cherchent-ils pas davantage dans ce domaine ?" Je crois que la réponse est que, si ce qu'on observe est exact, de nombreuses théories scientifiques sur lesquelles nous avons fondé notre existence devront être remises en question. J'ai entendu des biologistes dire "Si Backster a raison, nous sommes en difficulté".

Les plantes sont donc, d'une manière ou d’une autre, réceptives à ce qui se passe dans leur environnement, et sont capables de percevoir bien davantage que de simples informations sur l’eau ou sur la lumière...

 

Source INREES, Magazine Nexus n°65 et "La Vie secrète des plantes” de Peter Tompkins et Christopher Bird aux Éditions Presses Pocket.

 


 

Publié dans : Monde animal et végétal - Ecrire un commentaire
Voir les 6 commentaires

L'Instant Présent

 

@ Pour m'écrire

EnveloppeMail.png

Conférences

Pour consulter le calendriers des conférences, cliquez sur la ville :


- La Teste-de-Buch (33) (Association "Les Anges du Bassin) 

- Bazas (33) (Association Cyclamen)

- Villenave d'Ornon (33) (Trace une Diagonale)

- Toulouse (31) (Source de Vie)

- Paris (75) (INREES)

- Aix / Reims (Quantique Planète)

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés