Présentation

Recherche

Soyez les bienvenus !

Par Florinette
Mardi 21 octobre 2014 2 21 /10 /Oct /2014 17:35

 

Pierre-Rabhi.jpg

 

Cette vidéo est un extrait d’une intervention de Pierre Rabhi, prononcée lors d’un séminaire organisé sur le thème Comment nos actions locales peuvent-elles influer sur la société ? en octobre 2009, où il met l’accent sur l’aspect psychologique comme fondement de la crise actuelle.

Même si extérieurement la crise est bien financière (par le rôle des banques, de la FED, de Wall Street, des paradis fiscaux, des dérégulations multiples, etc.), il faut comprendre qu’elle est d’abord et avant tout interne et psychologique, c’est-à-dire que ses causes profondes initiales résident à l’intérieur de l’homme : perte des valeurs, perte de l’éthique, perte du sens commun et de l’intérêt général, etc.

Et ceci est le résultat, la conséquence, de défauts multiples qui habitent l’homme : la cupidité, l’égoïsme, l’avidité, l’avarice, l’appât du gain, le désir de pouvoir, de contrôle et de domination sur l’autre, etc.

Force est de constater que l’homme occidental est devenu essentiellement matérialiste, asocial et égoïste ; il a oublié et/ou renié ses valeurs fondamentales, il s’est écarté de la droiture et de l’éthique, il a fait fi de sa véritable nature spirituelle pour se vouer un culte à lui-même, il s’est laissé séduire et corrompre par ses propres désirs, envies, et perversions, il a cherché à jouir et à accumuler autant qu’il le pouvait, en oubliant l’essentiel : le bonheur est un état interne, quelque chose d’intimement relié à la conscience, qu’on ne peut donc pas trouver à l’extérieur, et encore moins en s’abandonnant à une concupiscence sans fin, c’est le résultat d’une harmonie avec la Nature, tous les êtres vivants qui la constituent, et l'Univers.

Une vidéo qui nous invite à la réflexion : tant que nous portons au dedans de nous-mêmes les causes de la guerre, de l’égoïsme et du tous contre tous, alors notre civilisation est perdue, car rien ne changera. Pour que le monde change durablement et sainement, il faut au préalable que nous nous changions nous-mêmes...

 

 

Le problème, c'est l'être humain, si l'être humain ne change pas… Je dis souvent aux gens : vous pouvez manger bio, recyclez votre eau, vous chauffez à l'énergie solaire et exploiter votre prochain, ce n'est pas incompatible… Donc, attention au changement qui serait simplement un changement structurel qui ne serait pas un changement humain. Si l'être humain ne change pas, rien ne changera.

 

Pour une insurrection des consciences, le blog de Pierre Rabhi

 

 

Publié dans : L'éveil des consciences - Ecrire un commentaire
Voir les 6 commentaires
Par Florinette
Vendredi 17 octobre 2014 5 17 /10 /Oct /2014 15:30

 

Ces-femmes.jpg

Éditions Plon

Ce qu'il faut avant tout savoir

M.de-Grece.jpgNé en 1939, Michel de Grèce est le petit-fils de Georges Ier de Grèce et le fils du prince Christophe de Grèce, qui meurt alors que Michel n’a qu’un an. Sa mère, Françoise d’Orléans, est la sœur de la comtesse de Paris. Il passe son enfance au Maroc et en Espagne, puis s’installe en France. Après des études de sciences politiques, il s’enrôle pour quatre ans dans l’armée grecque. Michel de Grèce écrit des romans historiques en rapport avec son histoire familiale. Ils se déroulent en Grèce, en France ou en Russie (il est un descendant des Romanov et des Orléans). Il vit aujourd’hui entre Paris et New York.

 

stylo bleu reduit

J'ai été pour ainsi dire élevé avec les fantômes, car la famille de ma mère se montre aussi douée que celle de mon père pour les faire apparaître. […] Les fantômes courent dans notre sang, et dès mon jeune âge j'ai été habitué à accepter leur existence comme faisant partie de notre vie.

À force de voir les fantômes sortir de l'invisible pour prendre forme devant lui, Michel de Grèce décide d'admettre qu'il possède une sensibilité assez spéciale. Il se plonge alors dans les ouvrages historiques et  scientifiques consacrés aux fantômes.

Après quelques recherches fructueuses Michel de Grèce part visiter des demeures dites "habitées" et en revient avec des histoires incroyables et passionnantes. À travers ces rencontres insolites, il a rédigé ce carnet de route dans lequel on fait la connaissance de ces esprits bloqués entre deux réalités racontant leur histoire, souvent bien différente de celle connue, avec beaucoup d'émotions, de regrets, que l'on ne peut qu'éprouver de la compassion envers ces fantômes dont la mort a été bien souvent violente et surtout incomprise, d'où leur état d'errance, de solitude… Un beau livre où la narration poétique de l'auteur, accompagnée de ses très belles photos, nous convie à découvrir l'histoire insolite de ces châteaux hantés !

Vous les vivants, vous nous comprenez si peu, vous nous connaissez si peu, nous les fantômes. Bien sûr, vous regrettez ce mort que vous avez aimé, vous le pleurez, mais seulement parce qu'il vous manque. Nous avons besoin de vous, de vos pensées, de vos prières, de vos intentions, de l'énergie que vous possédez sans le savoir… Vous pouvez améliorer la condition des fantômes, ces êtres en attente, qui souvent ne sont pas heureux. Humbles vivants dépourvus de connaissance, de sagesse, errants dans les ténèbres de cette terre, vous pourrez assister ceux qui sont de l'autre côté du mur de cristal. Chaque fois que vous pensez à nous, chaque fois que vous priez pour nous, une fusée part dans le ciel et cette lumière vous reviendra, vous aidera et vous éclairera.

 

Michel de Grèce et Erick Fearson - Emission Thé ou café

The-ou-Cafe.jpg Ne pouvant importer la vidéo, cliquez sur l'image qui vous dirigera sur YouTube !

 

  Pour aller plus loin :

 

Ce que raconte la propriétaire du chateau me fait penser au film Les autres que je vous recommande !

 

En 1945, dans une immense demeure victorienne isolée sur l'île de Jersey située au large de la Normandie, vit Grace, une jeune femme pieuse, et ses deux enfants, Anne et Nicholas. Les journées sont longues pour cette mère de famille qui passe tout son temps à éduquer ses enfants en leur inculquant ses principes religieux. Atteints d'un mal étrange, Anne et Nicholas ne doivent en aucun cas être exposés à la lumière du jour. Ils vivent donc reclus dans ce manoir obscur, tous rideaux tirés. Un jour d'épais brouillard, trois personnes frappent à la porte du manoir isolé, en quête d’un travail. Grace, qui a justement besoin d'aide pour l'entretien du parc ainsi que d’une nouvelle nounou pour ses enfants, les engage. Dès lors, des événements étranges surviennent dans la demeure...

 

Publié dans : Contact avec l'Invisible (Témoignages) - Ecrire un commentaire
Voir les 6 commentaires
Par Florinette
Mardi 14 octobre 2014 2 14 /10 /Oct /2014 14:27

 

  • Science & N.D.E - Au-delà et vie après la mort - N°14

Science NDE012

Edito (extrait)

Le bonheur est un état durable de plénitude, de satisfaction ou de sérénité, état agréable et équilibré de l'esprit et du corps, d'où la souffrance, le stress, l'inquiétude et le trouble sont absents.Du point de vue de l'étymologie, le bonheur est l'aboutissement d'une construction, qui ne saurait être confondue avec une joie passagère. Le fait que la création d'un auteur s'accroisse durablement provoque en lui-même l'accumulation des satisfactions, ce qui le mène au bonheur.

Le bonheur et le plaisir sont deux notions qui portent à confusion. Le plaisir est une forme de satisfaction mais c'est une satisfaction comprise comme plus limitée et plus ponctuelle : avoir une maison, une famille, une voiture ; on prend du plaisir à de telles actions sur le moment où on le fait. Ce caractère fugace et éphémère du plaisir a souvent été dénoncé par les philosophes, comme si la quête du plaisir était obligatoirement une quête dont la satisfaction se trouvait limitée par la nature même de son objet.

Le bonheur, quant à lui, est caractérisé par sa durabilité et sa stabilité, et désigne un bien-être complet du corps et de l'esprit, tandis que le plaisir concerne plus souvent le corps. [...]

Dans ce numéro de rentrée, nous allons étudier ce que les expérienceurs ont à nous dire au sujet du bonheur et de l'amour. Ces préceptes de vie ne sont-ils le but ultime d'une vie harmonieuse ?

Science---NDE.jpg

 

*******************************************************

  • Inexploré - Le magazine de l'INREES - N°24

24_home.jpg

Pour connaître en détail le sommaire, cliquez sur la couverture du magazine

Édito (extrait) - Demain tous robots ?

Serons-nous tous des robots dans un avenir proche ? Des humains améliorés par la science ? Cette question, autrefois laissée aux seuls auteurs de science-fiction, est aujourd'hui plus que jamais d'actualité. A l'heure où une société française vient de mettre au point un coeur articifiel - et de l'implanter en septembre dernier, pour la deuxième fois sur un être humain - combien faudra-t-il encore d'années pour que la technologie soit en mesure de remplacer tout ou une partie de nos organes défaillants ? Coeur, poumon, jambe, bras... oeil. Et que dire des implants cérébraux qui sont déjà testés ? De la perspective de cerveaux directement connectés à Internet que l'on prédit à l'horizon 2035 ? [...]

Les scientifiques ont aujourd'hui l'intuition que les êtres vivants ne sont pas simplement des robots biologiques extrêmement élaborés, et pourtant on pense encore qu'en augmentant nos capacités technologiques nous parviendrons logiquement bientôt à créer de toutes pièces des choses conscientes. Mais qu'est-ce que la conscience ? Une fabrication de notre cerveau ? Ou l'âme immortelle décrite pa certaines religions ? [...]

Toutes les questions qu'engendre notre avenir sont vertigineuses. Le dossier que nous leur consacrons dans ce numéro est riche d'informations et de piste de réflexion.

 

Bonne lecture !

Publié dans : Magazines - Ecrire un commentaire
Voir les 2 commentaires
Par Florinette
Vendredi 10 octobre 2014 5 10 /10 /Oct /2014 11:57

 

Oser-l-impossible.jpg

Fortuna Editions

Ce qu'il faut avant tout savoir :

J.C. Carton Jean-Claude Carton est myopathe et père de Vincent né myopathe, il a exercé pendant 12 ans dans le secteur du matériel médical de deux importants fabricants de fauteuils roulants. En 1985, il crée sa première radio dans le département du Gers ; le hasard lui ayant fait découvrir le centre de Roquetaillade à Auch, spécialisé dans la prise en charge et la rééducation d'enfants atteints de dystrophies musculaires. Il revend sa fréquence fin 88 et vient s'installer en février 1989 avec ses deux garçons à Paris ; il ouvre un magasin de vente de matériel médical totalement innovant et devient le principal interlocuteur des personnes handicapées d'Île de France, tout en conseillant les différentes administrations et établissements de la région Paris IDF. Licencié en 1991 (il refuse de réviser son salaire à la baisse), il rejoint l'équipe de la plus ancienne radio libre de France sur laquelle il crée plusieurs émissions inédites sur la FM, traitant en priorité de Spiritualité et de Mieux-Être. En septembre 2012, il co-fonde une webTV en direct « Les Étoiles du Coeur » sur le Net dont le concept reste unique à ce jour : recevoir des invités en direct pendant 120 minutes en abordant des sujets plus ou moins tabous dans les médias formatés.

Résumé du livre :

Jean-Claude Carton, producteur-animateur radio de 1985 à ce jour, co fondateur de la première webTV, raconte son enfance solitaire, sa vocation avorté de devenir frère Capucin, ses multipes rendez-vous ratés avec la Mort, son engagement dans le monde du handicap et des personnes âgées jusqu’à la découverte de la radio en 1985. Des milliers d’heures d’antennes libres...Des centaines d’émissions de 7h de direct....Plus de 3000 invités ! Dans cette auto biographie, il lève le voile sur ses «Hors antenne». Une vie au service des autres; ses coups de gueule, ses amours, ses emmerdes, ses batailles pour rester debout malgré les années de souffrances physiques dont il a rarement fait étalage public Et puis la naissance de sa webTV Étoiles du Coeur le 11 septembre 2012. Il parle aussi de ce qu’il a appris pendant des années en animant diverses émissions concernant la Spiritualité, et rajoute malicieusement: « Je n’évoquerai que les personnes qui m’ont apprécié comme j’étais ; exit les autres ; pas envie de régler des comptes avec qui que ce soit...». Jean-Jacques Charbonnier signe la préface et le père François Brune la postface.

stylo bleu reduit

Sans jamais l'avoir rencontré, à la lecture de ce livre, on a déjà l'impression de le connaître, car Jean-Claude Carton nous ouvre son coeur avec honnêteté et sensibilité, il nous prend par la main en nous entraînant dans son incroyable parcours de vie.

Au fil des pages, ce parcours se transforme en chemin spirituel et cet amoureux de la Vie nous invite à porter un regard différent sur la nôtre en ayant de la reconnaissance pour tout ce qu'elle nous offre, de bon comme de mauvais, dans le seul but de nous éveiller, de nous redonner confiance afin d'oser l'impossible et le réaliser.

Une fois ce livre refermé, on y pense encore… Un beau et touchant témoignage que je vous recommande !

Accepter l'inacceptable à nos yeux demande beaucoup d'humilité. C'est reconnaître que nos peurs, nos blessures et nos conditionnements nous empêchent de nous élever suffisamment pour découvrir le sens de la vie dans sa globalité. La révolte ne fait que restreindre notre regard et nous enfermer dans ce que nous croyons être la réalité. Accepter ce qui nous entoure sans juger est le premier pas vers un regard nouveau, l'accès à une dimension nouvelle, pleine de sens.
Nous sommes les vagues de l'océan de la vie…

 

La dissection de ce livre par les bons soins de Jean-Luc Maxence…

 

Pour aller plus loin :

Jean-Claude Carton, producteur et animateur radio depuis 1985, est un précurseur dans le domaine journalistique et particulièrement pour tout ce qui touche au paranormal et à la spiritualité. Il a interrogé des centaines de personnes et a des milliers d'heures d'émission à son actif dont certaines sont accessibles sur sa WebTV Étoiles du Coeur qu'il a créé en 2012 : (edc.radio.free.fr)

 

 Dans cette vidéo, c'est au tour de Sorine d'interviewer Jean-Claude Carton...

 

Publié dans : Développement Personnel, Quête intérieure - Ecrire un commentaire
Voir les 5 commentaires
Par Florinette
Mercredi 8 octobre 2014 3 08 /10 /Oct /2014 15:41

Des scientifiques ont mené une étude sur la vie après la mort.

648x415_scientifiques-mene-etude-vie-apres-mort.jpg

K.Porter/AP/SIPA

 

Être conscient après la mort, c’est désormais du domaine du possible selon une équipe de scientifiques de l’Université de Southampton, au Royaume-Uni. Durant quatre ans, ils ont mené une étude sur 2.060 patients ayant subi un arrêt cardiaque.

Une étude dont les résultats surprenants révèlent que près de 40% des survivants ont décrit une sensation étrange de conscience alors qu’ils étaient en état de mort clinique, avant que leur cœur se remette à battre. Selon les experts, même quand le cerveau a cessé de fonctionner et que le corps est cliniquement mort, la conscience peut se poursuivre. 40% de ceux qui ont survécu à leur arrêt cardiaque évoquent d’ailleurs une sensation étrange de conscience.

Conscient même en état de mort clinique

«Les preuves suggèrent que, dans les premières minutes après la mort, la conscience n'est pas annihilée. Nous ne savons pas si elle s'estompe ensuite mais directement après la mort, la conscience n’est pas perdue», explique au Daily Mail le Dr Sam Parnia, qui a mené cette étude.

Les scientifiques ont notamment recueilli le témoignage d’un Britannique, un travailleur social âgé de 57 ans qui, alors qu’il était en arrêt cardiaque, explique avoir quitté son corps et assisté à sa résurrection depuis le coin de la pièce. L’homme, en état de mort clinique pendant trois minutes, a ensuite été capable de raconter de manière assez détaillée les soins qu’il a reçus et le bruit des machines autour de lui.

Des souvenirs réels

Pourtant, « nous savons que le cerveau ne peut pas fonctionner quand le cœur a cessé de battre », rappelle le Dr Parnia. « Mais dans ce cas, l’état de conscience semble s’être poursuivi durant les trois minutes où le cœur du patient avait cessé de battre, alors que le cerveau “s’éteint“ généralement dans les 20 à 30 secondes après que le cœur a cessé de battre », explique-t-il. Les résultats de l’étude sont donc “importants”, sachant que jusqu’à présent, les médecins « supposaient que les expériences relatées de vie après la mort étaient en réalité des hallucinations survenant soit avant que le cœur se soit arrêté, soit après que le cœur a été redémarré avec succès», poursuit-il, mais pas une expérience correspondant à des « événements réels lorsque le cœur du patient ne battait plus ». D’autant que dans le cas présent, « les souvenirs racontés étaient compatibles avec les faits », déclare le scientifique.

39% des patients interrogés dans le cadre de l'étude se rappellent avoir eu conscience de ce qui leur arrivait, sans pour autant se souvenir des moindres détails. « La mort n'est pas un moment précis mais un processus potentiellement réversible, qui survient après une maladie grave ou un accident et qui fait que le cœur, les poumons et le cerveau cessent de fonctionner. Lorsque l'on tente d'inverser ce processus, on parle d'arrêt cardiaque. Mais si on n'y parvient pas, on parle de mort », conclut le Dr Parnia, qui rappelle qu’avec cette étude, les scientifiques ont voulu analyser “objectivement” ce qui se passe après la mort.

Lire l'article sur 20minutes.fr

Ça avance à petits pas, mais ça avance...

 

Publié dans : Témoignages, Enquêtes autour de la mort - Ecrire un commentaire
Voir les 3 commentaires

L'Instant Présent

 

@ Pour m'écrire

EnveloppeMail.png

Conférences

Pour consulter le calendriers des conférences, cliquez sur la ville :


- La Teste-de-Buch (33) (Association "Les Anges du Bassin) 

- Bazas (33) (Association Cyclamen)

- Villenave d'Ornon (33) (Trace une Diagonale)

- Toulouse (31) (Source de Vie)

- Paris (75) (INREES)

- Aix / Reims (Quantique Planète)

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés