Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Un Autre Regard...
  • Un Autre Regard...
  • : Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog dans lequel je parle de tout ce qui me passionne, m'interpelle comme ces lectures, documentaires qui m'amènent à porter un regard différent sur notre monde. Bonne visite à tous ! Florinette
  • Contact

@ Pour m'écrire

EnveloppeMail.png

5 janvier 2009 1 05 /01 /janvier /2009 00:24




Éditeur publiant des ouvrages de littérature (étrangers le plus souvent) destinés au « grand public », mais aussi des documents, des biographies, des guides… Anne Carrière est la fille de Robert Laffont, elle a créé sa propre maison en 1993...
Pour en savoir plus
cliquez sur leur logo.



A voir sur ce blog
:


* La montage ensommeillée de Alvaro Escobar Molina
* Qui comme Ulysse de Georges Flipo
* Le Pays sans Adultes de Ondine Khayat






Partager cet article

Publié par Florinette
commenter cet article
1 janvier 2009 4 01 /01 /janvier /2009 00:06

















Éditions Phébus, 560 pages, réédité en septembre 1998.
Traduit de l’anglais par Lucienne Lenob.



Walter Hartright, professeur de dessin âgé de vingt-huit ans, s’apprête à quitter Londres pour se rendre à Limmeridge House, en Cumberland, auprès de l’aristocrate Fairlie afin d’y instruire deux jeunes filles dans l’art de l’aquarelle.

Profitant du dernier clair de lune de Londres, sur une route déserte il voit apparaître, comme sortie de terre, une étrange jeune femme toute de blanc vêtue, au regard grave et anxieux, lui demander de l’aide. Trop étourdi et étonné par cette rencontre inattendue et bizarre, il n’y prête guère plus d’attention jusqu’au jour où une allusion à cette mystérieuse Dame en blanc ressurgit.

Je ne connaissais pas cet auteur et, pour une première approche, je dois dire que c’est une réussite !!
S’adressant au lecteur, tour à tour, d’autres personnes que Walter Hartrignt prennent la parole afin de bien comprendre ce qu’il s’est réellement passé. L’intrigue haletante, complexe, mais extrêmement bien maîtrisée, nous entraîne dans la campagne anglaise du 19ème siècle jusque dans la demeure de Limmeridge House qui renferme de bien lourds secrets…Quand je pense que Wilkie Collins s’est inspiré d’un fait authentique personnel pour écrire cette histoire !! (voir sa biographie)…Mais je vous laisse le soin de découvrir la suite, car ce serait un crime de vous en dire plus !


Le site
Wilkie Collins




(Voir chez Sylire ou Lisa)


Partager cet article

Publié par Florinette
commenter cet article
1 janvier 2009 4 01 /01 /janvier /2009 00:04





Biographie :

Fils d'un peintre paysagiste renommé, William Wilkie Collins est né à Londres le 8 janvier 1824. À l’âge de 17 ans, il abandonne l’école pour devenir apprenti dans une entreprise de négoce de thé. Après cinq ans, durant lesquels il écrira son premier roman, il entre à la
« Lincoln's Inn » afin d’étudier le droit. Ces études seront sanctionnées par un titre d'avocat en 1851. Après la mort de son père en 1847, Collins publie son livre, « Mémoires et Vie de William Colllins, Esquire » (1848), en exécution du testament paternel, et commence une carrière de peintre, exposant à la « Royal Academy Summer Exhibition » de 1849. Mais c’est avec la publication de son roman Antonina, en 1850, que sa carrière d’écrivain commence véritablement.

En 1851, grâce à un ami commun, Collins est présenté à Charles Dickens. Une longue amitié et collaboration naissent entre ces deux hommes. Plusieurs des romans de Wilkie Collins sont publiés dans l’hebdomadaire de Charles Dickens :
« All the Year Round », sous forme de feuilletons. Charles Dickens publie et édite ensuite lui-même les romans de Collins.

Un soir de 1855, dans le brouillard de Londres, le romancier est attiré par des cris. Il voit sortir d'une maison sombre une forme blanche, une femme en détresse. C'est Caroline Graves, qui se prétend enfermée par son mari dément. Collins qui ne s'est jamais marié en fait sa compagne, élève sa fille et s'inspire de son histoire pour écrire
La Dame en blanc. À la suite de la publication, en 1859, Il connaît une dizaine d’années de grand succès.

Son roman suivant, Armadale, provoque une vive critique pour son immoralité, mais connaît parallèlement de très bonnes ventes. Son roman Sans nom combine, quant à lui, une critique sur l’absurdité de la loi à propos du sort des enfants de couples non mariés, avec une intrigue digne d’un thriller. The Moonstone (
Pierre de lune) publié en 1868 peut être considéré comme le premier roman policier de la littérature anglaise. D'innombrables copies de ces romans sont distribuées à travers l'Angleterre, l'Amérique et l'Europe.

Collins souffre de la goutte et devient dépendant de laudanum qu’il prend afin de soulager sa douleur. Il en résulte des crises de paranoïa où il est convaincu d’être poursuivi par un Doppelgänger (son double fantomatique)… Son roman
Pierre de lune, considéré comme son chef-d’oeuvre, décrit les effets de laudanum et sa dépendance. Collins admet, après avoir écrit ce roman, que sa consommation était telle, qu’il ne se souvenait plus avoir écrit la majeure partie du roman.

Après avoir quitté Mrs Graves en 1868, il rencontre Martha Rud, avec qui il a trois enfants. Deux ans plus tard, il revient vers Mrs. Graves, leur relation durera jusqu’à sa mort en 1889.

En 1870, Dickens meurt. Wilkie Collins passe de mode, se voit accuser d'écrire des « romans à sensation ». Sa popularité commence à décliner.

Wilkie Collins meurt le 23 septembre 1889, il repose au Kensal Green Cemetery à Londres. Son épitaphe l’identifie comme l’auteur de
« The Woman in White » (La Dame en blanc).

Beaucoup d'oeuvres de Wilkie Collins sont publiés en français aux éditions Phébus.


Le site Wilkie Collins


Bibliographie : (œuvres traduites en français)

* 1995 – Pierre de lune , (Éditions Phébus),
* 1996
Armadale, (Éditions Phébus),
* 1996 – Sans nom, (Éditions Phébus),
* 1998 – Histoires regrettables, (Éditions Phébus),
* 1998 – La Dame en blanc, (Éditions Phébus
),
* 1999 – Seule contre la loi, (Éditions Phébus),
* 2000 – Cache-cache, (Éditions Phébus),
* 2001 – Basil, (Éditions Phébus),
* 2002 – Secret absolu, (Éditions Phébus),
* 2003 – Mari et Femme, (Éditions Phébus),
* 2003 – La Reine de Cœur, (Éditions Terre de brune),
* 2003 – La Robe noire, (Éditions du Masque),
* 2004 – Une belle canaille, (Éditions Phébus),
* 2005 – Pauvre Miss Finch, (Éditions Phébus),
* 2006 – L’hôtel hanté, (Éditions de L’Aube),
* 2006 – Quand la nuit tombe, (Éditions Phébus),
* 2007 – Voie sans issue, avec C.Dickens, (Éditions de
              L’Aube),
* 2007 – Passion et repentir, (Éditions Phébus),
* 2008 – Profondeurs glacées, (Éditions Phébus)



Partager cet article

Publié par Florinette
commenter cet article
29 décembre 2008 1 29 /12 /décembre /2008 10:47

Vous ne trouverez ci-dessous que mes coups de coeur, les lectures qui m'ont beaucoup plu et celles que j'ai aimées.

Le classement annuel de 2008 est consultable dans la rubrique Mes livres préférés (colonne de gauche).

Je vous dis à l'année prochaine pour de nouvelles aventures livresques en vous souhaitant de très belles fêtes de fin d'année !




Classement dans l'ordre chronologique :


Mes coups de coeur :


* La Chambre d'Albert Camus - Ron L'Infirmier - Privé
* La valse lente des tortues - Katherine Pancol
- Albin
   Michel

* Mille soleils splendides - Khaled Hosseini - Belfond
* Chaos calme - Sandro Veronesi - Grasset
* Transgressions, Le Résurrecteur - Sharyn McCrumb
-
    Calmann-Lévy
* Un Noël blanc - Jennifer Johnston - Le Serpent à
   Plumes
* L'étrange disparition d'Esme Lennox - Maggie O'Farrel
   - Belfond


J'ai beaucoup aimé :

* Je suis ta nuit - Loïc Le Borgne - Intervista
* L'eau du bain
- Pascal Morin - Du Rouergue
* Qui comme Ulysse
- Georges Flipo - Anne Carrière
* La maison en papier
- Carlos Maria Dominguez - Seuil
* Édimbourg express - Alexender McCall Smith - 10/18
*
Mère disparue - Joyce Carol Oates - Philippe Rey
*
Brooklyn Follies - Paul Auster - Actes Sud
*
Petit dictionnaire anglais-chinois pour amants - Xiaolu
   Guo
- Buchet-Chastel
*
Vingt-quatre heures d'une femme sensible - Constance
   de Salm
- Phébus
*
Bonjour tristesse - Françoise Sagan - Julliard
* Quinze jours en juillet - Nicolle Rosen - JC Lattès
* Transgressions, Tant de haine - Ed McBain - Calmann
   -Lévy

* L'ordre des jours - Gérald Tenenbaum - Héloïse
   d'Ormesson



J'ai aimé :

* Un été prodigue - Barbara Kingsolver - Payot &
   Rivages

* Le Fil d'Ariane - Eric Van Hamme - Actilia Multimédia
* Une coïncidence inévitable - Katarina Nicklaus -
    Nicholoson & Partners
* Le passage de la nuit - Haruki Murakami - Belfond
* 44 Scotland Street - Alexander McCall Smith - 10/18
* Noyade interdite - Amy Tan - Buchet-Chastel
* Pissenlits et petits oignons - Thomas Paris - Buchet-
   Chastel





Bandes Dessinées/Romans Graphiques :



J'ai beaucoup aimé :

* Aya de Yopougon, T3 - Marguerite Abouet -
Gallimard
* Le goût du chlore - Bastien Vivès - Casterman






  Pour la Jeunesse :

Mes coups de coeur :

* Le Grand livre de Beatrix Potter - Beatrix Potter -
   Gallimard



J'ai beaucoup aimé :

* Le Père Noël noir - Bruno Heitz - Palette


J'ai aimé :

* Au secours, c'est Noël ! - Anne Fine - L'École des
   Loisirs






Partager cet article

Publié par Florinette
commenter cet article
26 décembre 2008 5 26 /12 /décembre /2008 12:08

















Éditions Belfond, 232 pages, mars 2008.
Traduit de l’anglais (Irlande) par Michèle Valencia.



Dans les années 1930, Kitty et sa sœur cadette Esme quittent leur Inde natale pour s’installer en Écosse avec leur parent. Mais pour Esme, qui est devenue une jeune fille de seize ans, tout ne se passe pas très bien, le conflit avec ses parents s’intensifie, car elle refuse de se conformer aux règles de conduite que lui impose la haute bourgeoisie.

60 plus tard, Iris, la petite fille de Kitty, apprend qu’une grand-tante au nom d’Esme Lennox, dont elle ignorait jusqu’à présent l’existence, doit quitter l’asile psychiatrique où elle était enfermée depuis soixante et un ans, cinq mois et quatre jours. Iris, qui s’attend à rencontrer une minuscule vieillarde fragile, une sorcière de conte de fées, voit apparaître une femme grande d’allure assez hautaine au visage anguleux et au regard malicieux.

Pour quelle raison étrange Esme a-t-elle disparu de la mémoire familiale ? Et pourquoi l’avoir internée ? Entre les paroles confuses de sa grand-mère Kitty atteinte de la maladie d’Alzheimer et les bribes du passé que fait ressurgir sa grand-tante Esme, Iris va peu à peu découvrir les secrets du terrible drame familial.

Entre passé et avenir, Esme, qui se livre avec toute la fragilité de sa psychologie, devient au fil des pages terriblement attachante. Maggie O’Farrel, en se basant sur des faits réels, dresse avec beaucoup de sensibilité le portrait de ces femmes qui ont vécues dans les années 20 en Irlande des internements abusifs parce qu’elles avaient osé vivre leur vie.
Ce récit captivant, qui m’a fait frissonner tellement l’émotion est intense et le dénouement accablant, est un roman à trois voix magnifiquement construit que je vous recommande vivement !


Merci beaucoup Yspaddaden pour ce magnifique moment de lecture !


Ce qu'elles en pensent : Un livre tout à fait prenant (Ys), A lire de toute urgence (Cathulu), Un livre à lire (Annie), ce beau roman que je recommande (Dasola), Un roman passionnant ! (Marie), C'est un régal ! (BelleSahi), Une très belle lecture (Nanou), Une lecture forte, qui me restera en mémoire (Aifelle)...(Si j'en oublie, dites-le-moi !)





Partager cet article

Publié par Florinette
commenter cet article

L'Instant Présent

 

Recherche