Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Un Autre Regard...
  • Un Autre Regard...
  • : Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog dans lequel je parle de tout ce qui me passionne, m'interpelle comme ces lectures, documentaires qui m'amènent à porter un regard différent sur notre monde. Bonne visite à tous ! Florinette
  • Contact

@ Pour m'écrire

EnveloppeMail.png

15 novembre 2014 6 15 /11 /novembre /2014 13:19
A méditer...

Eric Julien :

Lors de notre voyage de retour vers Bogotá, une autre surprise nous attend, mais pas celle que nous imaginions. […] Avant que l’avion décolle, une hôtesse nous avertit que le commandant de bord a ordonné que nos trois amis Kogis soient débarqués : « Car ils n’ont pas de chaussures, et leur aspect ne leur permet pas de rester dans cet avion… » Est-ce que ce sont les hôtesses qui l’ont convaincu ou s’est-il rendu compte que les Kogis ne sont pas seuls ? Il finit par revenir sur sa décision et nous décollons.

Gentil, métis colombien, d’habitude si calme, est dans un état de colère rare. Il veut parler au commandant, lui demander des explications. Impossible. D’ailleurs, dès l’atterrissage, il disparaîtra rapidement. […] Pendant tout le vol du retour, Gentil me parlera comme il parle rarement, avec émotion. Lui, d’habitude si serein, est triste, triste et furieux. Les deux vols jusqu’à Bogotá puis Santa Marta suffiront à peine pour qu’il recouvre son calme.

Dans la Sierra, comme dans de nombreux territoires indiens, les Kogis luttent pour maintenir l’équilibre de la terre par le biais de rituels et de connaissances spécifiques qui permettent aux hommes d’appréhender les règles de la nature, d’apprendre à les connaître et à les respecter. Ils luttent comme ils peuvent pour rester indiens, dans leurs diversités, sur des terres indiennes, supportant en silence les jugements de valeur, les regards condescendants de la société occidentale qui, non contente de les reléguer dans les zones les plus difficiles ou inhospitalières les menace d’éradication, réduisant les derniers survivants à la mendicité et à la dépendance.

Pendant ce temps-là, cette société occidentale, prétendument “civilisée”, au nom du développement, de façon aveugle et inconsciente, travaille à la disparition de la planète. Quelle est cette société occidentale, noyée sous des études, des expertises, saturée de centres de recherches universitaires, d’études ou d’analyses de haut niveau, qui refuse de voir et d’entendre ce qui compose son environnement, qui se contente d’utiliser ce qu’elle y trouve et de le jeter en fonction de ses besoins ? Que lui a apporté l’exploration de l’espace à la recherche de nouvelles formes de vie, sinon l’opportunité de pouvoir les détruire, si tant est qu’elles existent, puisqu’elle ne comprend pas et détruit systématiquement toute vie sur terre, jusqu’à sa propre vie ?

Sachant cela, on peut être sûr que nous ne pourrons pas apporter grand-chose de bon à d’éventuelles formes de vie que nous pourrions découvrir sur d’autres planètes. Quelle est cette société occidentale qui dispose de connaissances, mais qui refuse de reconnaître et de rencontrer les savoirs et les connaissances des communautés indiennes, cette société qui, au nom d’une prétendue “civilisation” ou “développement”, se permet de marquer les autres, les Indiens, de l’étiquette de “sauvages” ou d’“archaïques” ?

Quelle erreur et quel aveuglement, car être sauvage pour les Indiens, ce n’est rien d’autre qu’être libres. L’homme capable d’établir une relation avec son frère l’arbre, avec son frère le fleuve, son frère l’air et toutes les formes de vie qui composent son environnement, qui est à même de comprendre et d’entendre la richesse et la densité du silence est libre. S’ils n’avaient pas à subir la pression et le dénigrement de nos sociétés modernes, les Indiens pourraient sûrement vivre “sauvagement” heureux.

L’homme occidental ne se rend pas compte qu’il est lui-même un sauvage, avec la liberté en moins. La ville n’est rien d’autre qu’une jungle, celle du développement. On y rencontre la contamination, la pollution, le bruit incessant, la violence, on y rencontre aussi le métro, qui ressemble à l’Anaconda sacré de nombreuses communautés indiennes. Dans ces villes, il suffirait de couper l’énergie une heure pour que cela tourne au désastre et au chaos.

Dans ces villes, on trouve des espèces de grottes où vivent et travaillent des hommes des cavernes développés, on rencontre des millions d’esclaves, victimes de leurs propres développements, des esclaves qui ne peuvent faire un pas sans rendre hommage à leur dieu, l’argent. Si c’est ça, l’homme moderne et développé, un esclave, un esclave de lui-même, soumis à l’argent comme l’étaient les esclaves à leur maître, au temps de la traite des Noirs, alors je préfère rester auprès des Kogis un sauvage sous-développé.

Et que dire du cannibalisme ? Jour après jour, dans ses mots, ses comportements, au travail, dans l’entreprise, l’homme moderne est un cannibale. Quel est l’homme qui ne désire pas prendre la place de l’autre, avoir une meilleure position sociale que lui ? Quelle est l’entreprise qui ne rêve pas d’être la première, qui ne souhaite pas acheter ou faire disparaître ses concurrents ? Non seulement, c’est du cannibalisme, mais c’est une forme de cannibalisme impitoyable, vorace, cruel.

Quelle tristesse de voir l’usage que nous faisons de notre intelligence, ces énergies, ces compétences que nous mobilisons pour augmenter nos capacités de destruction ! Le paradoxe est le suivant : alors que les communautés indiennes encore porteuses de savoirs traditionnels luttent gratuitement, de façon désintéressée, pour tenter de sauver ce qui peut l’être de la planète, les sociétés modernes luttent pour sa destruction… Peut-être serait-il temps de regarder un peu en arrière pour que nous puissions nous aussi retrouver notre mémoire ?

À écouter Gentil, nous serions acteurs d’une société primitive devenue folle. Et les derniers hommes, reclus volontaires de notre folie, observeraient notre naufrage. Étrange renversement de perspective qui voudrait que ceux que nous pensons primitifs soient les plus civilisés, et nous qui nous pensons civilisés soyons les vrais sauvages.

Extrait du livre : KOGIS, Le message des derniers hommes, Editions Albin Michel

Partager cet article

12 novembre 2014 3 12 /11 /novembre /2014 11:54

 

Editions Clair de terre

Ce qu'il faut avant tout savoir :

Alexis Ambre était décoratrice d’intérieur, jusqu’à sa “mort“... Riche de trente années d’exploration personnelle et de multiples expériences au service des autres, elle apporte aujourd’hui un soutien psychologique aux personnes en recherche. Elle est souvent en déplacement sur Paris et Bordeaux.

Résumé du livre :

A quarante-deux ans, Alexis Ambre est déclarée “cliniquement morte”. Son coeur recommence à battre trois heures et demie plus tard, alors qu'elle est sur le point d'être transférée à la morgue. Cette N.D.E. ou E.M.I. l'entraîne dans l'exploration de cet univers invisible qu'on appelle “la mort”. Qu'y a-t-il de l'autre côté ? Qu'a-t-elle découvert de si étrange, de si impressionnant, pour que toute sa vie s'en trouve transformée ?

Après cette mort apparente de trois heures et quart, ce réveil à la morgue et ce coma de quatre jours, Alexis Ambre revient de très loin pour nous dévoiler, sous forme autobiographique, le futur de la mort en démystifiant toutes les idées reçues.

C’est un témoignage incroyable, extrêmement riche qui nous emporte bien au-delà de la frontière de la mort puisque Alexis aborde beaucoup de sujets par les informations qu’elle a collectées sur l’importance de notre vie sur Terre, la mort, le suicide, le coma, les malformations, les vies antérieures, etc. Sans oublier l’avenir de la Terre qui a sa propre physiologie, sa propre biologie et dont nous ressentons ses changements, et surtout l’importance de modifier notre façon d’être, l’urgence de sortir de cette indifférence générale. Un livre que je vous recommande !

Voici deux extraits, tirés de l’Avant-Propos et de la Préface, rédigés par le Docteur Jean-Marc Trauchessec et le Docteur Philippe Peyronnet :

« Alexis meurt dans la rue de manière naturelle. Un certificat médical en bonne et due forme est établi, selon les critères indiscutables de la médecine universitaire. Trois heures et quart plus tard, alors qu’elle repose à la morgue, le cœur se remet à battre, elle revit. Il s’agit donc d’une résurrection puisque la même personne revient à la vie après une mort légalement authentifiée.

Que s’est-il passé pendant ces trois heures ? Pourquoi et comment s’est effectué le retour à la vie ? Quelle explication biologique fournir ? En existe-t-il obligatoirement une ? Quelles conséquences en tirer pour soi-même ?

Alexis, par la franchise de ses témoignages, souhaite que son vécu serve de base à une réflexion sur une nouvelle médecine et qu’il contribue à l’acceptation de la réalité des phénomènes hors des chemins de la pensée officielle, unique et imposée. Elle nous livre une somme de connaissances inédites, témoignage de mondes immatériels proches, indépendants et auxquels nous pouvons accéder, mais sur des plans spirituels différents.

Connaître la vie après la mort permet de réconforter, de soigner, de trouver dans l’au-delà les causes de maladies d’ici-bas. Dans la description de multiples expériences, elle explique comment parler aux comateux, comment une âme peut posséder un corps qui ne lui est pas destiné, comment soulager et parfois guérir certains états pathologiques par la compréhension de vies antérieures. Accepter le lâcher prise du mental, élever notre état de conscience pour accéder au vrai et au bien permet de retrouver et de conserver une bonne santé. […] »

**************

« En discutant avec elle, elle m’a fait découvrir la grandeur de l’homme, dans la totalité de son potentiel. Quelle leçon de vie !

Nous, médecins, cherchons à comprendre la mort, son processus. Loin de nous l’idée que la pensée perdure… Et son conseil : bien vivre sa mort passe par bien vivre sa vie, me donne, à moi thérapeute, l’envie de me relier avec le cosmos de façon simple, en écoutant ma voix intérieure. […] »

 

Un grand merci à Jean-Claude Carton de m'avoir fait découvrir ce magnifique et enrichissant témoignage !

Pour celles et ceux qui veulent en savoir beaucoup plus sur cet univers invisible qui nous entoure, ce livre vient d'entamer sa 6ème réédition !

 

Pour aller plus loin :

Dans cet enregistrement réalisé par Jean-Claude Carton, Alexis aborde des sujets variés en rapport avec l'Au-Delà, la mort, l'incarnation, la réincarnation et répond à des questions sur le bien et le mal, le suicide, les âmes errantes ou le clonage, notamment.

Partager cet article

8 novembre 2014 6 08 /11 /novembre /2014 11:59
En Quête de Sens - Documentaire

Marc de la Ménardière travaille pour une multinationale à New York lorsqu'il se casse le pied et regarde une pile de documentaires sur la marchandisation du monde. Il prend conscience qu'il fait partie du problème et décide de partir avec Nathanael Coste, un ami d'enfance, pour comprendre d'où pourrait venir un véritable changement.

Ce voyage initiatique autour du monde nous emmène à la rencontre d'activistes, de philosophes, de chamanes, ou de scientifiques dont le message converge. Tout au long de leur parcours, les deux voyageurs découvrent qu'un changement est déjà en marche, c'est un changement de conscience, motivé par la nécessité de vivre en harmonie avec soi-même, et avec la sphère du vivant.

Pourquoi ce film ? :

En Quête de Sens est un documentaire qui est né d'un constat partagé par un nombre croissant de citoyens : notre société occidentale est malade, prisonnière d'une logique qui engendre plus de destructions, d'injustices et de frustrations que d'équilibre et de bien être.

L'impératif de rentabilité économique à court terme prend aujourd'hui le pas sur l'intérêt général en dépit du bon sens. La logique prédatrice qui s'impose comme la norme, assombrit notre avenir commun.

Pour sortir de cette impasse ce n'est pas de plus de savoir, de plus de technologie, ou de croissance dont les hommes ont besoin, mais de plus de recul, de bons sens, en un mot : de plus de sagesse.

Tissé autour de rencontres improbables, de doutes et de joies, ce film apporte un message d'espoir à ceux qui se sentent impuissants devant leur poste de télévision.

 

Pour en savoir plus :

En Quête de Sens, un documentaire de Nathanaël Coste et Marc de La Ménardière, réalisé sans producteur ni conservateur, mais avec le soutien de 963 coproducteurs. Sortie prévue fin d'année 2014. 

Avec Vandana Shiva, Pierre Rabhi, Frédéric Lenoir, Satish Kumar, Hervé Kempf, Tim Jackson, Marianne Sebastien, Bruce Lipton, Thrin Xuan Thuan, Cassandra Vieten, Arnaud Desjardins...

Rendez vous sur : enquetedesens-lefilm.com

Facebook : facebook.com/enquetedesenslefilm

Voir également la conférence que Marc de La Ménardière avait donné au Tedx racontant son parcours atypique : Changer de croyances pour changer le monde

 

Partager cet article

5 novembre 2014 3 05 /11 /novembre /2014 11:06

Vous trouverez ci-dessous quelques explications qui peuvent vous aider dans vos recherches :

Sur la gauche :

  • Dans le module intitulé "Suivez-moi" apparaît maintenant le flux RSS.

  • En dessous, le module "Catégories", où sont classés par thème mes articles, a été chamboulé par Overblog, car je l'avais mieux organisé... et comme je ne peux pas y toucher (grrrr), j'ai créé, dans le module "Index" qui se trouve à droite, un autre classement où vous pouvez retrouvez les livres commentés, les auteurs, les liens vers ces auteurs et tous les documentaires que j'ai extraits des articles afin de mieux les retrouver ou les visionner si vous en avez raté quelques-uns...

  • Comme on me demande souvent des conseils sur les magazines, en dessous du module "Catégories" se trouve "Revues à découvrir" où j'ai listé certains d'entre eux dont les principaux thèmes sont traités avec sérieux, du moins c'est ce que je pense...

Sur la droite :

  • Le fameux "Index" avec ces divers classements.

  • En dessous, dans le module intitulé "Pour Plus d'Infos" sont listés les Instituts et Centre de Recherche sur la conscience.

  • Pour aller encore plus loin, "A voir et à revoir" vous dirige vers des sites au contenu des plus passionnants que je vous invite vivement à (re)découvrir !

 

Voilà, vous savez tout, surtout n'hésitez pas à me contacter si vous remarquez qu'un lien ne fonctionne pas ou autre...

Il me reste à vous souhaiter à toutes et à tous une très bonne visite ! A très vite !

 

Partager cet article

Publié par Florinette
commenter cet article
27 octobre 2014 1 27 /10 /octobre /2014 18:56

 

Mon blog sera en travaux durant quelques jours, le temps d'effectuer la mise à jour préconisée par Overblog afin que celui-ci soit visible sur les mobiles et tablettes.

travaux.gif Il me reste maintenant à espérer que tout se passera bien…

À très bientôt j'espère !

 

Partager cet article

Publié par Florinette
commenter cet article

L'Instant Présent

 

Recherche