Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Un Autre Regard...
  • Un Autre Regard...
  • : Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog dans lequel je parle de tout ce qui me passionne, m'interpelle comme ces lectures, documentaires qui m'amènent à porter un regard différent sur notre monde. Bonne visite à tous ! Florinette
  • Contact

@ Pour m'écrire

EnveloppeMail.png

9 avril 2011 6 09 /04 /avril /2011 08:09

 

"Parler de la mort pour mieux vivre"

 

4d9f6959413a5-logovert1jpg.jpg

( Pour en savoir plus sur le programme, cliquez sur l'affiche)

 

Si vous êtes à Paris ce week-end, vous pouvez vous rendre au "Salon de la mort" qui a ouvert ses portes. Beaucoup d'intervenants seront présents afin de vous aider à dédramatiser ce sujet encore si tabou en France.

Une vingtaine de tables rondes et de débats animés par des sommités permettront de traiter différents aspects psychologiques, philosophiques, spirituels et matériels de la mort.

L'INREES est également présente pour soutenir cette initiative en vous invitant à rencontrer ces professionnels avec lesquels vous pouvez dialoguer. Directement sur leur site (www.inrees.com) vous pouvez télécharger l'invitation gratuite.

Bonne visite et bon week-end !

Partager cet article

27 mars 2011 7 27 /03 /mars /2011 11:28

 

Medecins-du-ciel.jpg

 

Ce qu'il faut avant tout savoir :

maguy

Maguy Lebrun, infirmière de formation, ouvrit un cabinet de magnétiseuse avant de devenir "guérisseuse des âmes" avec son mari Daniel, expert comptable, devenu médium malgré lui. Ensemble, ils vont fonder une association d'accompagnement de personnes en détresse, adopter dix-huit enfants, en parrainer et en élever une quarantaine d'autres.

Résumé du livre :

Maguy la magnétiseuse, Daniel le médium couple hors du commun. Ils sont persuadés de la puissance de la pensée et de la prière, convaincus de l'existence d'une autre réalité au-delà du visible.
Ange gardien, guide spirituel ou médecin du ciel, un être, depuis de nombreuses années, se manifeste à eux, les aidant dans leur double mission, secourir et élever des enfants "à problèmes", aider la guérison de malades, parfois en liaison étroite avec la médecine dite traditionnelle.
« Non, les médiums ne sont pas des suppôts de Satan ! », proclament-ils. Leur aventure spirituelle, leur engagement auprès de ceux qui souffrent le prouvent et ce livre en est le sincère témoignage.

stylo bleu reduit

Cette histoire étrange a commencé dans les années 60, quand Daniel, le mari de Maguy, fut pris d'agitation durant son sommeil. Par son intermédiaire, elle entend une voix inconnue au timbre féminin qui lui propose "une mission" : mettre sa vie au service des malades... À partir de cette nuit-là, leur vie va basculer et plus rien ne sera comme avant.

Même si cette histoire semble incroyable, toutes les personnes ayant approché ce couple n'ont jamais mis en doute leur générosité, leur honnêteté et leur désintéressement. Durant leur vie, ils ont aidé un bon nombre de malades, adopté des enfants, hébergé des personnes âgées, etc...tout en se battant pour trouver les moyens nécessaires.

Dans la première préface, Roger Masse-Navette, magistrat, président de chambre honoraire de cour d'appel, témoigne après avoir reçu ce couple dans son cabinet de juge pour enfant : 

« [...] des énormes difficultés que l'on rencontre à la solution des problèmes d'adaptation des adolescents “en danger”, je ne pouvais qu'être étonné d'une telle réussite de la part de gens sans formation particulière pour les résoudre et qui n'avaient pour le faire que leur bon sens et un dévouement sans bornes. À vrai dire, cela heurtait quelque peu mes convictions professionnelles acquises au cours de longs séminaires de formation, par la fréquentation quotidienne d'une jeunesse trimbalée, manipulée ou abandonnée, souvent, hélas, délinquante, et par celle des spécialistes de l'éducation surveillée : éducateurs, psychologues, psychiatres, assistantes sociales, avec lesquels je travaillais. » [...]

« La justice parfois enlève son bandeau et regarde le monde. C'est pourquoi, un an après mon retour à Grenoble, j'eus la joie de remettre à Maguy, dans le salon d'honneur de la cour d'appel, la médaille de l'éducation surveillée que venait de lui décerner le garde des Sceaux, ministre de la Justice. »

Dans la deuxième préface, c'est Jean Godel, le curé de Saint-Nazaire-les-Eymes qui prend la parole :

« Vous pourrez, comme moi, ne pas suivre totalement Maguy dans ses conceptions sur l'au-delà : d'ailleurs, elle ne demande pas qu'on y adhère ; elle dit simplement ses convictions à la suite de l'expérience qu'elle a vécue, grâce à Daniel, son mari, dans ce contact inhabituel avec l'invisible. »

C'est donc un récit étonnant que je vous laisse découvrir !

Partager cet article

20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 12:36

Si l'on est heureux et fait ce que l'on aime, on peut changer cette planète...

 

La pensée positive de Silvia Ricciotto-Sabash qui redonne du tonus !

 

 

Bon dimanche et bon début de semaine !

Partager cet article

16 mars 2011 3 16 /03 /mars /2011 09:27

 

PETITE INFO COMPLÉMENTAIRE POUR L'ARTICLE CI-DESSOUS

L'EMI DE PAMELA REYNOLDS...

 

Je vous invite également à lire l'interview de Pamela Reynolds sur le site de L'INREES :

Aux frontières de la mort avec Pamela Reynolds


Partager cet article

15 mars 2011 2 15 /03 /mars /2011 09:38

Le chirurgien cardiologue, Michael Sabom, l'un des fondateurs de l'association internationale pour la recherche sur la mort imminente, exerce à l'hôpital Saint-Joseph dans l'Atlanta quand il tombe sur un cas inhabituel : celui d'une patiente, Pamela Reynolds, qui était morte selon les critères actuels de la médecine et dont les médecins possèdent toutes les données minute par minute, même les mesures des courants cérébraux.

Dans le cas de cette patiente, il s'agissait d'enlever un anévrisme dans le cerveau qui se trouvait à un endroit très difficile d'accès. Pour que cette intervention puisse se faire, pas une goutte de sang ne devait circuler dans le cerveau. Après le début de la narcose, pour protéger le cerveau contre le manque d'oxygène, le corps a été placé en hibernation à 15,5°.

Après lui avoir mis des écouteurs sur les oreilles, émettant un cliquetis très rapide et très fort de l'ordre de cent décibels, pour enregistrer l'activité électrique du cerveau, mis du sparadrap sur ses yeux, pour les maintenir clos afin d'éviter tout dessèchement, et l'anesthésier complètement, l'intervention commença :

« Une incision avait été pratiquée sur l'artère fémorale droite, mais elle s'est révélée trop étroite, aussi a-t-il fallu refermer et ouvrir l'artère de la jambe gauche. Pam Reynolds dit s'être réveillée hors de son corps pendant cette procédure alors qu'elle entendait un bourdonnement. Étant musicienne, elle a pu identifier la note précise de ce bourdonnement. C'était le son de l'instrument qu'on utilisait pour lui ouvrir le crâne. Elle a parfaitement décrit cet instrument bien qu'il soit très inhabituel. [...] Elle rapporte également que lorsqu'elle est sortie de son corps, et regardait l'opération, elle a entendu la femme chirurgien dire : "Ce vaisseau est trop petit. Il va falloir ouvrir l'autre côté." Pam Reynolds n'avait pas rencontré ce médecin auparavant et ne savait même pas qu'il s'agissait d'une femme¹. »   Dr Bruce Greyson, professeur de psychiatrie, directeur de la Division of Perceptual Studies et du département de médecine psychiatrique de l’Université de Virginie.

 

 

En plus, c'est l'une des premières fois que les médecins ont les enregistrements médicaux. Ils ont pu donc étudier l'activité des ondes cérébrales, ils ont pu également analyser tout ce qui s'est passé dans le corps physique au moment où cette expérience s'est produite.

Cette étude leur a permis de répondre à des questions telles que :

- L'EMI* est-elle déclenchée par une crise du lobe temporal ou par une certaine activité électrique dans le cerveau ? La réponse a été non, parce que les ondes cérébrales étaient plates et que le tronc cérébral était inactif au moment précis où cette expérience a eu lieu...(voir la vidéo)

Tous les médecins, les neurologues, les chercheurs qui se sont penchés sur les EMI en arrivent à la même conclusion : une partie de nous a la possibilité de percevoir, de ressentir, de se souvenir sans le support matériel du corps, sans que le cerveau soit actif. Quelque chose peut continuer d’exister pleinement lorsque le corps est hors d’état de fonctionner. Conscience²... Voilà, le mot est enfin lâché !

 

* Expérience de Mort Imminente

1. Extrait, p.93, du livre de Stéphane Allix "La mort n'est pas une terre étrangère" aux éditions Albin Michel

2. Ibid. p.96.

Partager cet article

L'Instant Présent

 

Recherche