Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Un Autre Regard...
  • Un Autre Regard...
  • : Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog dans lequel je parle de tout ce qui me passionne, m'interpelle comme ces lectures, documentaires qui m'amènent à porter un regard différent sur notre monde. Bonne visite à tous ! Florinette
  • Contact

@ Pour m'écrire

EnveloppeMail.png

15 mars 2011 2 15 /03 /mars /2011 09:38

Le chirurgien cardiologue, Michael Sabom, l'un des fondateurs de l'association internationale pour la recherche sur la mort imminente, exerce à l'hôpital Saint-Joseph dans l'Atlanta quand il tombe sur un cas inhabituel : celui d'une patiente, Pamela Reynolds, qui était morte selon les critères actuels de la médecine et dont les médecins possèdent toutes les données minute par minute, même les mesures des courants cérébraux.

Dans le cas de cette patiente, il s'agissait d'enlever un anévrisme dans le cerveau qui se trouvait à un endroit très difficile d'accès. Pour que cette intervention puisse se faire, pas une goutte de sang ne devait circuler dans le cerveau. Après le début de la narcose, pour protéger le cerveau contre le manque d'oxygène, le corps a été placé en hibernation à 15,5°.

Après lui avoir mis des écouteurs sur les oreilles, émettant un cliquetis très rapide et très fort de l'ordre de cent décibels, pour enregistrer l'activité électrique du cerveau, mis du sparadrap sur ses yeux, pour les maintenir clos afin d'éviter tout dessèchement, et l'anesthésier complètement, l'intervention commença :

« Une incision avait été pratiquée sur l'artère fémorale droite, mais elle s'est révélée trop étroite, aussi a-t-il fallu refermer et ouvrir l'artère de la jambe gauche. Pam Reynolds dit s'être réveillée hors de son corps pendant cette procédure alors qu'elle entendait un bourdonnement. Étant musicienne, elle a pu identifier la note précise de ce bourdonnement. C'était le son de l'instrument qu'on utilisait pour lui ouvrir le crâne. Elle a parfaitement décrit cet instrument bien qu'il soit très inhabituel. [...] Elle rapporte également que lorsqu'elle est sortie de son corps, et regardait l'opération, elle a entendu la femme chirurgien dire : "Ce vaisseau est trop petit. Il va falloir ouvrir l'autre côté." Pam Reynolds n'avait pas rencontré ce médecin auparavant et ne savait même pas qu'il s'agissait d'une femme¹. »   Dr Bruce Greyson, professeur de psychiatrie, directeur de la Division of Perceptual Studies et du département de médecine psychiatrique de l’Université de Virginie.

 

 

En plus, c'est l'une des premières fois que les médecins ont les enregistrements médicaux. Ils ont pu donc étudier l'activité des ondes cérébrales, ils ont pu également analyser tout ce qui s'est passé dans le corps physique au moment où cette expérience s'est produite.

Cette étude leur a permis de répondre à des questions telles que :

- L'EMI* est-elle déclenchée par une crise du lobe temporal ou par une certaine activité électrique dans le cerveau ? La réponse a été non, parce que les ondes cérébrales étaient plates et que le tronc cérébral était inactif au moment précis où cette expérience a eu lieu...(voir la vidéo)

Tous les médecins, les neurologues, les chercheurs qui se sont penchés sur les EMI en arrivent à la même conclusion : une partie de nous a la possibilité de percevoir, de ressentir, de se souvenir sans le support matériel du corps, sans que le cerveau soit actif. Quelque chose peut continuer d’exister pleinement lorsque le corps est hors d’état de fonctionner. Conscience²... Voilà, le mot est enfin lâché !

 

* Expérience de Mort Imminente

1. Extrait, p.93, du livre de Stéphane Allix "La mort n'est pas une terre étrangère" aux éditions Albin Michel

2. Ibid. p.96.

Partager cet article

commentaires

Alex-Mot-à-Mots 17/03/2011 09:24


C'est intéressant, cette façon de procéder trouvée un peu "par hasard".


Florinette 17/03/2011 18:39



Comme quoi le hasard fait bien les choses ! ;-)


 



Marie-Christine 15/03/2011 16:50


Un grand merci, chère Florinette, pour ce bouleversant récit qui me rappelle celui que Maman m'a fait au moment de son décès !!!
Comme Maman me l'a dit à ce moment : "c'est SUBLIME" !!!!
Attendons sereinement cet instant....: nous ne savons ni le jour ni l'heure.....
Je t'embrasse très fort, Florinette.


Florinette 15/03/2011 17:17



J'étais certaine que ce témoignage allait beaucoup te toucher.

Nous ne savons pas quand ce moment arrivera, mais tout ce que l'on peut déjà se dire, c'est qu'il arrivera et que ça ne sert à rien de vivre dans le déni d'une réalité si fondamentale. J'aime
beaucoup ce que dit le philosophe Michel Cazenave à ce sujet :

"Un point m'a toujours gêné dans différents systèmes de pensées : on nie la mort au nom de la vie ; mais il me semble important d'être capable de tenir les deux ensemble. La mort n'est pas la
négation de la vie, au contraire, et c'est peut être même ce qui donne la note la plus juste à la vie."

Je t'embrasse très fort également en te souhaitant une belle fin de journée.




Nanou 15/03/2011 15:41


Et là c'est encore une preuve que ce n'est pas des fantasmes !!!! Les NDE de toutes manières émanent toutes de personnes sérieuses et qui n'en ont rien à faire du sensationnel ce qu'ils veulent
c'est partager ce qu'ils ont vécu et vivre le pourquoi ils sont revenus ! La science est trés dérangeante parfois. Une personne m'a transmis un document que tu connais peut etre au sujet d'une NDE
je le connaissais personnellement et je le trouve époustoufflant. si tu le veux je peux te le faire passer ; les personnes en revenant parmi nous oublient beaucoup de choses car il ne leur est pas
permis de se souvenir de tout ce qu'ils ont vu.... ils ont vu des personnes qu'ils connaissaient mais aussi eux memes en état plus avancé..... son témoignage rien que d'écrire ces quelques mots me
donne encore la chair de poule mais dans le bons sens du mot.... bisous tout pleins *****s


Florinette 15/03/2011 16:36



Oh oui, je veux bien, merci beaucoup !!

C'est à cause de cette réticente et surtout du sarcasme de certains scientifiques que ces personnes, ayant fait une NDE, ont préféré se taire que de transmettre ce qu'elles avaient vécues.
Aujourd'hui les langues se délient davantage, ces personnes se sentent plus en confiance et pourtant, comme tu le dis, elles n'ont rien à y gagner, c'est plutôt l'inverse qui risque de se
produire, mais des structures comme l'INREES ou autres prennent ces expériences très au sérieux et c'est tant mieux !!

Gros bisous et bonne fin de journée !


 



L'Instant Présent

 

Recherche