Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Un Autre Regard...
  • Un Autre Regard...
  • : Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog dans lequel je parle de tout ce qui me passionne, m'interpelle comme ces lectures, documentaires qui m'amènent à porter un regard différent sur notre monde. Bonne visite à tous ! Florinette
  • Contact

@ Pour m'écrire

EnveloppeMail.png

11 novembre 2008 2 11 /11 /novembre /2008 10:40





Biographie :

Françoise Sagan, de son vrai nom Françoise Quoirez, est née à Carjac, dans le Lot, le 21 juin 1935 d’un père, ingénieur, qui dirige une compagnie d’électricité et d’une mère, frivole, toujours gaie, qui laisse à sa gouvernante les tâches domestiques et l’éducation de ses trois enfants.

Expulsée du couvent pour « dégoût de l’effort », la jeune fille extralucide au visage de musaraigne fuit à sa manière un milieu trop rigide. En 1951, après un échec au baccalauréat et un été de révisions intenses, elle réussit son examen avec un 17 sur 20 à l’épreuve de français dont le sujet est « En quoi la tragédie ressemble-t-elle à la vie ? ». Elle s’inscrit à la Sorbonne dont elle en sèche les cours préférant suivre son frère Jacques dans les boîtes de nuit de Saint-Germain-des-Prés ou passer du temps en compagnie de ses meilleurs amis qui ont pour nom Florence Malraux et Bernard Franck. Même si sa scolarité fut mouvementée, Françoise lit énormément : Cocteau, Rimbaud, Proust, Stendhal, Flaubert, Faulkner, Hemingway, Camus, Fitzgerald, un peu Malraux et puis Sartre avec qui elle deviendra amie plus tard (elle déjeunera régulièrement avec lui à la Closerie des Lilas)…

En 1954, encouragée par son amie Florence Malraux, elle envoie le manuscrit de « Bonjour tristesse », écrit durant l’été, aux éditions Plon et à René Julliard. Le premier ne l’ouvre pas et le second flaire le coup de maître. Le 15 mars 1954, le livre fait son apparition. Rien n’est laissé au hasard, le bandeau du livre porte la mention « Le diable au cœur ». Françoise Quoirez, qui à 18 ans déjà ambitionnait d’être romancière, le sera sous le pseudonyme Sagan, en référence à un personnage de Proust. Tiré une première fois à 3 000 exemplaires, un an plus tard, il s’en est vendu 850 000. Entre-temps, l’ouvrage a reçu le prix des Critiques. Un succès fulgurant traduit en plusieurs langues. Françoise Sagan est l’un des seuls écrivains français autorisés en Russie pendant la guerre froide.

Bonjour tristesse choque par un mélange de naïveté et l’absence de tout sentiment moral. François Mauriac écrit à la Une du Figaro : « […] ce prix des Critiques décerné […] à un charmant petit monstre de dix-huit ans (dont) le mérite littéraire éclate dès la première page et n’est pas discutable. […] » « Charmant petit monstre », une formule qui fait le tour de Paris, le livre aussi, il sera l’un des plus importants best-sellers de l’après-guerre. Il lui ouvrira les portes d’une célébrité jamais démentie. La petite phrase de François Mauriac et l’habilité de René Julliard ne sont pas les seuls à booster l’œuvre de Sagan. D’autres, comme Bénard de Fallois, brillant commentateur de Proust, reconnaît en Françoise Sagan un auteur authentique.

Devenu premier « écrivain people », bien avant Brigitte Bardot, Françoise Sagan lance la mode Saint-Tropez avec Juliette Gréco. Elle passe ses nuits chez Régine, s’affiche avec Trintignant, se lie avec Jacques Chazot… Le talent est là, mais toute une classe établie est effarouchée au point de faire de ce premier roman un phénomène qui pousse François Mauriac à prendre à partie le ciel (le diable n’était-il pas envoyé sur terre en voiture de sport ?) tandis que ses pairs concluent à la décadence, la légende prend son essor.

La même année, la directrice du magazine ELLE, lui demande une série d’articles sur l’Italie. L’hebdomadaire titre ses reportages « Bonjour Naples », « Bonjour Capri », « Bonjour Venise »… Ce « Bonjour » devient sa griffe.

En 1955, elle part à New York faire la promotion de son livre (qui se vendra à plus d’un million exemplaire). Elle y rencontre Guy Schoeller, qui deviendra quelques années plus tard son mari.

Son deuxième roman Un certain sourire paraît en 1956. C’est encore un succès et la vie faste continue. Ses bolides symbolisent son mode de vie et contribuent à fixer la légende : (Jaguar,  Mercedes, Gordini, Ferrari)...Mais en 1957, c’est au volant de son Aston Martin qu’elle est victime d’un grave accident qui va la laisser durant plusieurs jours entre la vie et la mort. Coma, fractures du crâne, du bassin, du thorax….Une véritable rescapée !


Dans l’existence de Françoise Sagan, la drogue côtoie l’ivresse de la vitesse. Elle en est aussi la conséquence. À la clinique, pour calmer ses douleurs, on lui administre de la morphine des mois durant.

Happée par le succès et l'argent, elle se laisse prendre dans les rets du jeu qu’elle découvre à vingt et un ans. L’adrénaline lui sert de moteur. L’impassibilité du joueur lui convient : il faut dissimuler ses sentiments. En 1958, au casino de Deauville, en misant tout sur son chiffre fétiche le huit, elle gagne 80 000 francs en une nuit et s’achète ainsi le manoir du Breuil, à Equemauville, près de Honfleur. Elle vit d’excès, y compris dans le travail.

Peu de temps après, elle épouse l’éditeur Guy Schoeller, plus âgé qu’elle, mais réputé grand séducteur. La même année, après sa première cure de désintoxication, elle se met à boire et retombe dans la drogue.

En 1960, elle divorce et se remarie en 1962 avec le sculpteur américain Robert-James Westhoff dit Bob. De leur union naît un fils, Denis. Le couple divorce rapidement, mais poursuit la vie commune jusqu’en 1972. Elle noue également une relation avec la styliste Peggy Roche.

En 1961, Françoise Sagan signe la « Déclaration sur les droits à l'insoumission dans la guerre d'Algérie. », également connue sous le nom de « Manifeste des 121 »,. En représailles, l'OAS piégera à l'explosif le domicile de ses parents le 23 août 1961.

En mai 1968, elle triomphe au théâtre de l’Odéon. Aux étudiants qui l’accusent d’être venue en Ferrari, elle répond en guise de droit de réponse : « Faux, rectifie-t-elle. C’est une Maserati. »

En 1971, elle signe également le « Manifeste des 343 » pour le droit à l’avortement libre. En 1979, elle préside le Festival de Cannes, sept mois après, elle dénonce le fonctionnement de l’institution dans le journal « Le Matin de Paris ». Au début des années 1980, elle se lie d’amitié avec François Mitterrand.

En octobre 1985, elle est invitée par François Mitterrand en voyage officiel à Bogota, elle tombe dans le coma et est rapatriée d’urgence. Les médias évoquent une overdose, Jack Lang parle de mal d’altitude. La même année, elle reçoit le prix de la fondation « Prince Pierre de Monaco » pour l'ensemble de sa carrière.

En 1986, les affaires de stupéfiants se suivent et se ressemblent. Devant la justice, Sagan réclame le droit de s’autodétruire (addiction qu’elle raconte dans son journal Toxiques). Amendes, mois de prison avec sursis, mauvaise publicité… Les intellectuels prennent sa défense, mais une partie de la France la condamne.

En 1987, Françoise Sagan, dans Le rire incassable, évoque des souvenirs imaginaires avec la tragédienne Sarah Bernhardt qui effectua, dans les années fastes du temps où Lucien Guitry habita le manoir d’Equemauville, plusieurs séjours.

En février 2002, c’est la fraude fiscale en marge de l’affaire Elf qui lui vaut une peine d’un an d’emprisonnement avec sursis et doit rembourser, aggravés de pénalités, les revenus dissimulés.

À la fin de sa vie, ruinée, privée de chéquier, elle peut à peine s’acheter ses cigarettes, Françoise Sagan loge chez son amie Ingrid Mechoulam, épouse d’un millionnaire qui a racheté sa maison d'Équemauville en lui laissant la jouissance, mais en la coupant du monde.

Elle est alors gravement malade. Françoise Sagan s’éteint le 24 septembre 2004 à l’âge de 69 ans, à l’hôpital de Honfleur d’une embolie pulmonaire. Elle repose désormais au cimetière de Seuzac, situé dans le Lot à quelques kilomètres de Cajarc, pas très loin de Peggy Roche et de sa famille. Juliette Gréco en a donné l’explication « Elle a demandé à être enterrée à Cajarc, dans le pays où elle est née, qu'elle aimait, avec une femme qu'elle a aimée et qui l'a aimée jusqu'au bout, sa compagne, Peggy Roche, décédée au début des années 1990. »

C'est elle-même qui s'est chargée de son épitaphe au début des années 1990, pour le Dictionnaire des écrivains: «Sagan, Françoise. Fit son apparition en 1954, avec un mince roman, "Bonjour tristesse", qui fut un scandale mondial. Sa disparition, après une vie et une œuvre également agréables et bâclées, ne fut un scandale que pour elle-même.»

Ses principaux romans ont été réédités au moment où le magnifique film de Diane Kurys la remet en lumière avec Sylvie Testud dans le rôle de l’écrivain (dont le mimétisme est très troublant). Plus d'infos sur ce film




Site officiel de l’auteur administré par son fils




Bibliographie
:


Romans
:


* 1954 - Bonjour tristesse, (Éditions Julliard),
* 1956 - Un certain sourire, (Éditions Julliard),
* 1957 - Dans un mois dans un an, (Éditions Julliard),
* 1959 - Aimez-vous Brahms ?, (Éditions Julliard),
* 1961 - Les merveilleux nuages, (Éditions Julliard),
* 1965 - La Chamade, Éditions Julliard, (Éditions
              Julliard),
* 1968 - Le Garde du cœur, (Éditions Julliard),
* 1968 - Un peu de soleil dans l'eau froide, (Éditions
              Flammarion),
* 1972 - Des bleus à l'âme, (Éditions Flammarion),
* 1974 - Un profil perdu, (Éditions Flammarion), 1974.
* 1977 - Le lit défait, (Éditions Flammarion),
* 1980 - Le chien couchant, (Éditions Flammarion),
* 1981 - La femme fardée , (Éditions Ramsay),
* 1985 - De guerre lasse, (Éditions Gallimard),
* 1987 - Un sang d'aquarelle, (Éditions Gallimard),
* 1989 - La laisse, (Éditions Julliard),
* 1989 - Un orage immobile, (Éditions Ramsay),
* 1991 - Les faux-fuyants, Éditions Julliard, 1991.
* 1993 - Un chagrin de passage, (Éditions Plon),
* 1996 - Le miroir égaré, (Éditions Plon)

Théâtre :

* 1958 - Le Rendez-vous manqué, (Éditions Julliard),
* 1960 - Château en Suède, (Éditions Julliard),
* 1960 - Le rigolo, (Éditions Julliard),
* 1961 - Les violons parfois, (Éditions Julliard),
* 1963 - La robe mauve de Valentine, (Éditions Julliard),
* 1964 - Bonheur, impair et passe, (Éditions Julliard),
* 1966 - Le Cheval Évanoui, (Éditions Julliard),
* 1970 - L'Écharde, (Éditions Flammarion),
* 1970 - Un piano dans l'herbe, (Éditions Flammarion),
* 1973 - Il est des parfums, (Éditions Dullis),
* 1978 - Il fait beau jour et nuit, (Éditions Flammarion),
* 1987 - L'Excès contraire,( Éditions Gallimard)

Biographies :

* 1975 - Brigitte Bardot, (Éditions Flammarion),
* 1987 - Sarah Bernhardt, Le rire incassable,
             (Éditions Robert Laffont)

Nouvelles :

* 1975 - Des yeux de soie , (Éditions Flammarion),
* 1979 - Les fougères bleues, ( Éditions Flammarion),
* 1981 - Musique de scène, ( Éditions Flammarion),
* 1985 - La maison de Raquel Vega, ( Éditions La
             Différence)

Mémoires, journal et entretiens :

* 1956 - New York, (Éditions Julliard),
* 1964 - Toxiques , journal, (Éditions Julliard),
* 1975 - Réponses, (Éditions Pauvert),
* 1984 - Avec mon meilleur souvenir, (Éditions
              Gallimard),
* 1988 - La Sentinelle de Paris, (Éditions Robert
              Laffont),
* 1988 - Au marbre, chroniques retrouvées 1952-1962,
              (Éditions La Désinvolture),
* 1992 - Répliques, (Éditions Quai Voltaire),
* 1993 -  ...Et toute ma sympathie, ( Éditions Julliard),
* 1996 - Lettres d’amour de Georges Sand et d’Alfred de
              Musset, (Éditions Hermann),
* 1998 - Derrière l'épaule, ( Éditions Plon)

Cinéma :

* 1963 - Landru, scénario,( film réalisé par Claude
              Chabrol)
* 1970 - Le Bal du comte d'Orgel, dialogues, (film
              réalisé par Marc Allégret),
* 1974 - Encore un hiver, scénario et réalisation.
* 1977 - les Borgia ou le sang doré, scénario &
             dialogues,( réalisé par Alain Dhenaut)





Partager cet article

Publié par Florinette
commenter cet article

commentaires

Tietie007 15/11/2008 12:19

Quelle belle écriture chez cet écrivain qui s'exprimait si mal !

Florinette 15/11/2008 12:43



Je pense qu'elle était surtout très timide...



Nina 11/11/2008 22:46

C'était une grande dame cette Françoise Sagan, en plus très simple et très gentille, c'est bien de lui rendre hommage, elle le mérite vraiment. Je vais essayer de faire un article sur elle  pendant mes prochaines vacances, j'ai lu aussi "de guerre lasse" j'ai bien aimé,  il y a un film qui a été adapté de ce roman. Dans la Bio que j'ai lu, il ne parle pas de cette "Ingrid" je ne sais pas si elle vit encore mais franchement quelle drôle de femme quand même..... Bravo pour ton article.

Florinette 11/11/2008 23:28



Et surtout très généreuse, jusqu'à offrir ses manuscrits !! Je n'ai pas pu tout raconter dans l'article, j'ai passé deux jours à le faire, il a fallu que je vérifie chaque information, car sur le
net il y a beaucoup d'erreurs qui circulent, comme celle qui dit qu’elle est enterrée avec sa compagne Peggy Roche, j'ai trouvé le site du cimetière où repose Sagan et l'on peut voir qu'elle est
avec son dernier mari et qu’il n’y a aucune épitaphe sur sa tombe !
En ce qui concerne Ingrid, je ne sais pas si elle est encore en vie, mais elle l'aurait soutenue pendant douze ans, mais comme le dit son fils "Cette amie l'a soignée, emmenée à l'hôpital et sauvée
financièrement, mais elle l'a coupée du monde..."Et c'est dans cette solitude, qu’elle redoutait tant, qu'est morte Sagan. Merci Nina, d'avoir pris le temps de lire !

 


ALaure 11/11/2008 21:29

Je viens de finir "Bonjour tristesse", et comme j'avais envie d'en savoir plus sur cette auteure, je suis tout naturellement venus lire ton article. Il est très chouette, j'ai appris beaucoup de choses. Tu as emplifié mon envie de lire d'autres titres d'elle. Merci et gros :0010:

Florinette 11/11/2008 22:47



C'est génial, comme quoi les grands esprits se rencontrent !!
Et merci beaucoup d'avoir pris le temps de lire cet article, ça me fait très plaisir ! Je te fais de gros bisous en te souhaitant une belle soirée !



Pascale 11/11/2008 12:15

Je n'ai pas pu voir le téléfilm consacré à Sagan et ne pas pas grand chose sur elle, honte sur moi ! Je suis impressionnée par la quantité de choses qu'elle a écrite, aussi bien en littérature que pour le théâtre. Je vais devoir combler mes lacunes. As-tu un conseil à me donner pour commencer ?

Florinette 11/11/2008 12:21



Comme toi, je n'ai pas lu grand-chose d’elle, mais compte bien y remédier. Je peux te conseiller de commencer, soit par son premier, soit par "Un chagrin de passage" que j'avais bien aimé
également.



L'Instant Présent

 

Recherche