Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Un Autre Regard...
  • Un Autre Regard...
  • : Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog dans lequel je parle de tout ce qui me passionne, m'interpelle comme ces lectures, documentaires qui m'amènent à porter un regard différent sur notre monde. Bonne visite à tous ! Florinette
  • Contact

@ Pour m'écrire

EnveloppeMail.png

30 août 2015 7 30 /08 /août /2015 13:03

Albin Michel

Ce qu'il faut avant tout savoir :

Le Voile des apparences - Natacha Calestrémé

Membre de la Société des explorateurs français et membre des JNE (Journalistes écrivains pour la Nature et l'Ecologie) Natacha Calestrémé est également réalisatrice. Elle intègre sa vision scientifique ultra documentée à un intérêt pour le surnaturel en écrivant des thrillers “éclairants” basés sur des phénomènes mystérieux et réels. Le voile des apparences est un roman qui traite de l'autisme et qui revisite le thème de l'après-vie. Son site : natachacalestreme.fr

Résumé du livre :

Après une série d’événements tragiques, Yoann Clivel, flic brillant de la police judiciaire, se rend dans un hôpital psychiatrique. Il y fait la connaissance d’un jeune homme atteint d’autisme qui communique avec les morts. L’un de ses « fantômes » est une femme qui prétend avoir été assassinée. Supercherie ? Délire d’un malade mental ? Ou piste à prendre au sérieux ? Happé par les méandres de cette affaire, Clivel se retrouve face à une autre énigme : l’assassinat de son propre père lorsqu’il était enfant… À la frontière du paranormal et du thriller, Le voile des apparences confirme l’univers singulier et très documenté de l’auteur du Testament des abeilles.

Major à la Police Judiciaire, Yoann Clivel est au bord de la dépression après avoir assisté à la mort de sa collègue qui a fait ressurgir en lui l'événement dramatique qu'il porte depuis plusieurs années, le meurtre de son père. Rongé par le remord, il décide de consulter un psychiatre. Dans la salle d'attente, il fait la connaissance d'un couple dont leur fils atteint d'autisme, mais jugé schizophrène, est interné depuis plusieurs années, car la seule façon qu'il a de communiquer est de transmettre les messages de l'au-delà qu'il reçoit par le biais de l'écriture automatique.

Ce thriller haletant nous amène à prendre conscience de ce fil ténu qui sépare la folie de la perception, car le cumul entre l'autisme et la médiumnité étant un phénomène plutôt méconnu, voire même rejeté, certains médecins ont vite fait d'interner ces personnes qui ne correspondent pas à la normalité imposée en leur diagnostiquant d'emblée une schizophrénie. Ce livre m'a passionnée, car Natacha Calestrémé, à travers ce roman basé sur des faits réels*, aborde ce sujet avec beaucoup de rigueur et d'efficacité.

Voici un extrait du livre de Natacha Calestrémé qui m'a fait penser au livre Trente ans parmi les morts du psychiatre Carl Wickland, dont les mémoires datent de 1924, dans lequel il disait également que « la plupart des internés sont des médiums potentiels dont la médiumnité pourrait être développée » :

Comment différencier les voix qu'entendait un schizophrène d'un médium qui recevait des messages de l'au-delà ? Dans le cas d'une schizophrénie, les délires n'étaient pas structurés, on constatait des invraisemblances et la personne finissait par s'exclure de la vie en société. Dans le deuxième cas, il ne s'agissait pas d'une pathologie, mais d'une aptitude. Malgré ses perceptions, la personne restait psychiquement saine et parfaitement intégrée dans la société. Un mari, des enfants, un métier. Il existait tant de cas que ces expériences représentaient une réalité statistique. Adhérer sans recul n'était pas souhaitable, mais tout nier en bloc n'était pas la solution. Il fallait aider la personne à communiquer et à entrer dans la “normalité”. La difficulté venait du fait que ces phénomènes étaient difficiles à mesurer car non reproductibles. Et comme nous vivions dans un contexte où ce genre de perceptions étaient classées d'emblée comme le signe d'une pathologie… cela n'incitait pas les témoins de ces phénomènes à les partager. Par ailleurs, cela expliquait pourquoi tant de médiums étaient enfermés dans des hôpitaux psychiatriques.

 

Pour aller plus loin :

* Dans son livre Natacha Calestrémé parle de l'assassinat de Teresita Basa, une infirmière Philippine travaillant dans un hôpital de Chicago qui, après sa mort, désigna le nom de son meurtrier en s'exprimant à travers l'une de ses collègues.

 

Partager cet article

commentaires

Alex-Mot-à-Mots 02/09/2015 09:13

Un polar qui a l'air rudement intéressant.

Florinette 02/09/2015 11:07

Très intéressant, je te le conseille vivement !

Plumes d Anges 01/09/2015 16:01

J'avoue ne pas avoir de goût pour un thriller mais j'admets tout à fait l'idée que beaucoup sont bien "ficelés" !!! Bises Florinette, je vais quand même aller visiter le site de cette auteure. brigitte

Florinette 02/09/2015 11:06

Celui-ci m'a surtout tentée, car il est basé sur des faits réels dans le domaine qui m’intéresse. Ce que j'ai apprécié également, c'est que Natacha Calestrémé sait tenir en haleine le lecteur ! ;-) Bises et belle journée Brigitte

Aifelle 31/08/2015 16:53

Un thriller dans un contexte aussi intéressant, ça ne se refuse pas !

Florinette 01/09/2015 11:22

Tout à fait ! ;-)

durgalola 30/08/2015 15:31

le livre doit être intéressant - je voulais juste préciser que toutes les personnes souffrant d'autisme, syndrôme d'Asperger, schizophrénie, bi-polarité n'entendent pas des voix et n'ont pas toutes des perceptions particulières. Ce qui est sûr c'est que les médicaments empêchent les crises mais ne guérissent pas. Bises

Florinette 30/08/2015 18:28

Effectivement, toutes ces personnes n'entendent pas des voix, par contre, en ce qui concerne l'autisme, du fait de leur difficulté à rentrer en contact, peuvent développer d'autres perceptions. Rupert Isaacson, qui a un fils autiste, dit également que l'autisme n'est pas un problème à résoudre, mais une forme de personnalité à révéler et que notre rôle est de les aider à développer tout ce que leur originalité peut nous apporter», je pense que l'on a beaucoup à apprendre d'eux… Bisous

Sandrine L. 30/08/2015 14:59

Cela a l'air tout à fait passionnant. Les liens entre psychose et perceptions sensorielles aiguës donnent un champ d'exploration scientifique qui devrait être sérieusement approfondi. J'imagine qu'il y a une foule de choses à découvrir. J'imagine aussi que ça limiterait la prise systématique de médicaments. Et l'industrie pharmaceutique y perdrait. On peut donc en conclure que l'ignorance est, sur ce terrain, plutôt rentable. Halalalala...

Florinette 30/08/2015 18:28

Passionnant effectivement, et c'est bien dommage que certaines personnes dotées de facultés extrasensorielles doivent encore se taire au risque de se voir administrer des psychotropes alors qu'il serait plus judicieux dans comprendre la raison ou même d'en apprendre davantage sur la soi-disant réalité de notre monde par le biais de leur perception…

L'Instant Présent

 

Recherche